- PUBLICITÉ -
Romance sans paroles à Lorraine

(Photo Yves Déry)

Romance sans paroles à Lorraine

Marie-Andrée Ostiguy

Nous avons goûté aux deux dimensions du talent de Marie-Andrée Ostiguy, dimanche dernier, au centre culturel Louis-Saint-Laurent de Lorraine, alors que la pianiste nous faisait le plaisir de quelques-unes de ses compositions, dans un concert hommage au compositeur allemand Félix Mendelssohn.

C’était bien évidemment dans le cadre des matinées Brioches en musique que la Ville de Lorraine présentait cette musicienne qui était mise en nomination pour une quatrième fois à l’ADISQ, en vertu de l’album instrumental de l’année, avec Rêverie, dont elle nous a notamment joué le très beau Montréal Concerto. Cette première partie tout en compositions nous avait aussi fait entendre Savoir, Jazz valse et Rêverie, avant de passer à Mendelssohn.

On a donc célébré le 200e anniversaire de naissance du compositeur avec Sechs Lieder ohne Worte (Six romances sans paroles) op. 19, jusqu’au Chant des gondoliers vénitiens, pour conclure sur La Campanella de Liszt devant un bel auditoire qui confirmait l’engouement pour ces concerts dominicaux.

Et il faut ajouter les communications aux talents de la musicienne qui a joué avec les plus grands, y compris Oliver Jones, avec qui elle a cultivé cet accent jazz dans ses compositions classiques.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top