- PUBLICITÉ -
QW4RTZ: vos oreilles n’en croiront pas vos yeux!

QW4RTZ est formé de François Fa2 Dubé, Louis-Alexandre Beauchemin, Philippe C. Lebœuf et François Pothier Bouchard.

QW4RTZ: vos oreilles n’en croiront pas vos yeux!

Le 6 avril au Théâtre Lionel-Groulx

Ils ont en quelque sorte ramassé le flambeau que la Bande Magnétik avait déposé quelque part, tout comme ils se réclament de la mouvance actuelle des quatuors vocaux, les gars de QW4RTZ s’amènent au Théâtre Lionel-Groulx avec un spectacle intitulé Le meilleur des quatre, qu’ils vous proposeront le samedi 6 avril.

Et ce titre dit bien ce qu’il veut dire puisque la trame narrative du spectacle prévoit, pour la première fois depuis que le groupe s’est formé (vers 2010, à l’école secondaire), que chacun des quatre chanteurs puisse avoir son petit moment de gloire en se retrouvant seul sur scène, étageant sa propre voix à l’aide d’une pédale d’échantillonnage qui lui permettra de montrer au public toute l’étendue de sa palette.

Un résultat épatant

Et n’ayez crainte, malgré ce petit clin d’œil à l’individualité, ils chanteront ensemble plus souvent qu’à leur tour puisque c’est la raison d’être de QW4RTZ, formé de Louis-Alexandre Beauchemin (contre-ténor) Philippe C. Lebœuf (baryton), François Fa2 Dubé (basse) et François Pothier Bouchard (ténor), dont le répertoire est aussi vaste que le répertoire lui-même, si tant est qu’ils peuvent chanter tout ce qui se chante en créant tout l’environnement musical avec leurs propres voix.

Et comme il n’y a rien de mieux que de prêcher par l’exemple, les voilà, en pleine entrevue, assis autour d’une table, qui entonnent une Dixie (Harmonium) bien sentie. Le résultat est tout bonnement épatant. On passe de l’un à l’autre avec émerveillement, en faisant le constat que chacun participe à cette singulière construction sonore en y ajoutant ses propres matériaux qui s’imbriquent aussitôt à ceux des autres. C’est dans l’oreille que tout se mêle et c’est probablement dans le cerveau que cet étonnant exercice finit par devenir musique. Chose certaine, les yeux demeurent bien écarquillés et l’on vous défie d’y assister sans au moins leur retourner un sourire béat.

Un spectacle de variétés

Évidemment, tout tient dans les arrangements et la virtuosité de l’exécution, mais les gars de QW4RTZ savent bien qu’une fois qu’on a réglé cet aspect des choses, on n’a pas nécessairement un spectacle, raison pour laquelle ils font fait appel à Serge Postigo, qui a non seulement signé la mise en scène du Meilleur des quatre, mais aussi participé à sa création et son écriture.

«C’est un spectacle de variétés qui mêle le chant à l’humour et qui nous donne l’occasion d’avoir beaucoup de plaisir sur scène» , résume Fa2, alors que Philippe C. Lebœuf enchaîne en précisant que le spectacle part de l’histoire personnelle de chacun d’eux et des rencontres (trois d’entre eux se connaissent depuis l’école primaire, à Trois-Rivières) qui ont provoqué la naissance du projet QW4RTZ. «On va beaucoup dans l’autodérision, on joue sur la dynamique de nos relations, sur l’interaction de quatre gars qui ne montrent jamais leurs émotions. On fait beaucoup rire les gens avec ça» , mentionne François Pothier Bouchard, à titre d’exemple.

«Il y a un grand souci de performance dans ce qu’on fait, poursuit Louis-Alexandre Beauchemin. On veut qu’après deux ou trois chansons, les gens oublient que c’est a capella» . Il semble qu’on y arrive puisque, si le groupe est normalement classé au rayon des variétés, il arrive que, dans certaines vitrines, on lui accole la mention «Autres et arts du cirque» !

«Le parallèle n’est pas mauvais, soumet Fa2. Au cirque, après deux ou trois sauts périlleux arrière, on se demande: mais encore? C’est la même chose avec QW4RTZ. Après trois chansons, on a compris. On va où, avec ça? »

Tous les styles, tous les goûts

C’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, les chansons qui jalonnent ce spectacle ne sont pas là simplement parce qu’elles sont belles, mais parce qu’elles participent à la construction du récit. Et il y en a vraiment pour tous les goûts, si bien que le public couvre vraiment le fameux spectre des 7 à 77 ans. «Ça s’est fait malgré nous, parce que tout ce qui est dans le spectacle part de nous et de nos propres références» , exprime Louis-Alexandre en parlant de ce spectacle qui enchaîne aussi bien les chansons de Vigneault et Brel que de Queen, Manau, Stromae, jusqu’à Mozart et Justin Timberlake, pour n’en nommer que sept.

Serez-vous assis dans la salle, le samedi 6 avril pour entendre les autres? «C’est très difficile d’expliquer ce que c’est, QW4RTZ. Il faut le vivre» , ajoute le contre-ténor. Pour information: [http://odyscene.com].

(Lire aussi: QW4RTZ à la rencontre des ados)

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top