- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

Où est passée la noce?

La Fête nationale à Sainte-Thérèse

Voilà la question qui nous taraudait l’esprit en marchant dans le village, jeudi dernier, jour de Fête nationale que tout Sainte-Thérèse se devait de célébrer: mais où est passée la noce?

Cette journée très familiale, avec toute l’animation que l’on imagine et ses jeunes visages peinturlurés, avait pourtant bien débuté. Mais les nuages ont fini par sévir au milieu de l’après-midi et la foule s’est dispersée.

Il y avait pourtant ce qu’il fallait pour satisfaire tous les âges, avec André Lejeune pour animer l’après-midi des pensionnaires du centre Drapeau-Deschambault, aussi les Petites Tounes pour les enfants. La troupe de danse Virons-là et du théâtre magique achevaient d’animer les passants des rues Saint-Louis et Roux jusqu’à Duquette, là où le groupe Fastlane donnait le spectacle principal en soirée.

Il s’agit de huit jeunes chanteurs et chanteuses tous finissants en musique du collège Lionel-Groulx, que l’on avait par ailleurs applaudis dans le cadre de la Fête au village, et qui entonnaient pour l’occasion des chansons des années 1960 à aujourd’hui, autant du Jean Leloup avec 1990 qu’une chanson des Colocs, à propos d’une p’tite ville ben tranquille.

Ce fut donc un spectacle très énergique et participatif qui réussissait finalement à regrouper les citoyens autour de la scène principale.

Il faut dire que la configuration du site a changé avec l’agrandissement du collège et qu’à défaut de pouvoir installer la scène principale en épicentre des festivités, elle s’est retrouvée décalée sur le stationnement. La sono était discrète et l’on semblait un peu se chercher dans l’animation de la soirée.

On a bien évidemment conclu en allumant quelques pétards qui ont illuminé le clocher de l’église, puis le bon peuple est rentré au terme d’une Fête nationale sobre, heureusement épargnée par la pluie en soirée.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top