- PUBLICITÉ -
Option-Théâtre de Lionel-Groulx: l’Ombre des finissants

Une projection de l’Ombre.

Option-Théâtre de Lionel-Groulx: l’Ombre des finissants

Ghyslain Filion avait été interpellé par l’Ombre, il y a quelques années, alors que le metteur en scène travaillait avec ses étudiants sur les contes d’Andersen. Or, voilà que le conte tragico-comique d’Evgueni Schwartz sera joué par les finissants et finissantes en théâtre, de Lionel-Groulx, du 15 au 18 octobre.

Projection ou incarnation? Le dictateur sortira finalement de l’Ombre et c’est pourquoi la mise en scène procèdera autant du jeu de projections sur écran que de la chorégraphie, lorsque le pouvoir de l’Ombre se matérialisera jusqu’à agir sur le comportement des gens.

Né en Russie en 1896 et formé à Saint-Pétersbourg, on ne s’étonne pas que Schwartz ait voulu dénoncer le stalinisme, mais Ghyslain Filion voyait ces mêmes totalitarismes ressurgir dans un certain Islam, comme dans la dictature de l’image et de sa consommation dirigée.

Il était difficile de faire valoir cette pièce en un extrait parce que l’apparition de l’Ombre puis son incarnation transforment aussi la représentation scénique, d’où le jeu en contre-jour et les chorégraphies qui appuieront ces moments.

Le propos et la manière des scènes de dialogues avec l’Ombre, que nous avons entendus en point de presse, donnaient le ton sur la prise de contrôle envers le groupe, quoique nous savions très bien n’avoir vraiment pas tout vu.

Nous ne saurions cependant trop vous inciter à voir l’œuvre dans son intégralité au studio Charles-Valois, du 15 au 18 octobre, dès 19 h 30, avec une représentation en après-midi le mercredi, à 13 h.

C’est aussi l’oeuvre des finissants et finissantes en Théâtre-Production et Audrey Bergeron signe les chorégraphies, tandis que Marcelle Hudon agissait comme conseillère artistique en théâtre d’ombres.

Le prix d’entrée est de 19 $ pour le grand public et 9 $ pour les étudiants. Vous pouvez réserver sur le site d’Odyscène, ou bien, composer le 450-434-4006. Le studio Charles-Valois donne sur le stationnement rue Duquet.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top