- PUBLICITÉ -
Nabila Ben Youssef: les mille et un gags

L’humoriste Nabila Ben Youssef sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx.

Nabila Ben Youssef: les mille et un gags

La scène était très esthétique, avec cette configuration en toitures de maisons tunisiennes, et l'humoriste Nabila Ben Youssef s'y présente dans une tenue qui consacre la beauté du spectacle.

En fait, on aurait pu être dans les contes des Mille et Une Nuits plutôt que sur une scène d’humour. C’était vendredi dernier, au Théâtre Lionel-Groulx, devant un auditoire, de toute évidence, plus mature dans l’âge et dans l’esprit.

Mais Nabila Ben Youssef a beau être Arabe et cochonne bio, comme le disait le titre de son premier spectacle, elle n’en est pas moins sarcastique et très moqueuse dans ce deuxième opus humoristique Drôlement libre, comme le veut son appellation.

Quoiqu’il serait sans doute plus précis de présenter Nabila Ben Youssef comme une conteuse, plutôt qu’humoriste, au risque de décourager les spectateurs moins perspicaces qui, de toute façon, n’étaient pas dans cette salle.

Parce que, un peu à la manière de Boucar Diouf, elle nous invite dans un univers où elle fait vivre des gens très typés, avec leurs coutumes et leurs petits travers loufoques.

Il y a bien évidemment de très bons gags truffés dans ce texte que l’on suit avec ravissement. Ne serait-ce que de comparer les six prières quotidiennes à La Mecque avec les publicités envahissantes du genre «douze pouces… cinq dollars» et vous constaterez que son humour fonctionne rondement, mais jamais au détriment du fil narratif.

On passe aussi des oreilles de Christ aux oreilles d’Allah, en changeant d’arbre et de sève, et vous aurez deviné que Nabila Ben Youssef gomme les différences culturelles avec des propos toujours amusants.

Toutes les cultures sont interpellées sans mépris, sauf pour un certain Canada que l’on reconnaît en Stephen Harper. On peut deviner que, pour une pacifiste arabe qui voit le Canada abandonner sa position d’arbitre neutre pour se faire un allié inconditionnel d’Israël, il y avait de quoi placer son vote ailleurs.

Nabila vient d’une Tunisie libérale où le voile était interdit sur la place publique, mais la liberté d’expression et l’envie d’égalité avec les hommes l’ont amenée chez nous. C’est vous dire ce qu’on y gagne.

Nabila Ben Youssef est-elle ce que l’humour nous propose de mieux? Ce sera à vous d’en décider, mais c’est assurément ce que l’humour nous amène de plus.

Mike Ward s’eXpose, le 14 mars

Vous aurez compris, en lisant le nom de Mike Ward, que la subtilité prendra le champ le 14 mars prochain, au Théâtre Lionel-Groulx, pour faire place à l’humour choquant et très gras.

Politique, religion, sexe, pauvreté et handicaps physiques sont autant de drôleries dans l’esprit de cet humoriste au ton provocant, qui a tout de même remporté l’Olivier de l’année pour la mise en scène de Daniel Fortin.

Il faut être avisé que François Avard agit comme script-éditeur et vous aurez deviné que ce spectacle est réservé aux personnes de 16 ans et plus. On se renseigne et l’on réserve au 450-434-4006, sur Internet via le [www.odyscene.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top