- PUBLICITÉ -
Nabila Ben Youssef: dernier tour de piste

Nabila Ben Youssef

Nabila Ben Youssef: dernier tour de piste

Sa tournée en est peut-être à ses derniers milles (seulement cinq dates à faire, dont un arrêt à Ste-Thérèse), mais celle qui promène son spectacle Drôlement libre, depuis un an déjà, n'a pas épuisé ses sujets pour autant.

«C’est fini, c’est triste, mais c’est la vie», philosophe toutefois l’humoriste québécoise d’origine tunisienne Nabila Ben Youssef. N’empêche, le deuil de ce deuxième spectacle solo étant désormais chose du passé («Je m’en suis débarrassée avant Noël», laisse-t-elle tomber), c’est donc avec bonheur et légèreté qu’elle s’apprête à remonter sur les planches, le vendredi 3 février, après le long congé des Fêtes. «J’ai hâte de me retrouver devant les gens et de bien vivre les derniers moments de ce spectacle», ajoute-t-elle encore.

Et de quoi parlera-t-elle? «De tout! Je tente tous les sujets: de mes observations, de ce qui m’a choquée en arrivant ici, de la liberté que j’ai aujourd’hui, de celle que je n’avais pas dans mon pays et que je cherche encore ici», énumère-t-elle avec enthousiasme. Un sujet, en particulier, la touche beaucoup: la séduction, ou plutôt l’absence de séduction qui prévaut au Québec, entre les hommes et les femmes. «Malgré toute la liberté qu’ont les gens, les femmes et les hommes ne se regardent pas, ne se courtisent pas», constate celle qui dit se faire souvent interpeller après ses spectacles parce que les gens en veulent encore et plus.

Vers une trilogie?

Après Arabe et cochonne bio, dont la tournée s’est achevée en 2010, et maintenant Drôlement libre, Nabila Ben Youssef entend bien poursuivre sur la même lancée sitôt sa dernière supplémentaire au Théâtre St-Denis, le 25 février, terminée. «Je n’ai pas le choix. D’habitude, les humoristes prennent une année sabbatique pour se ressourcer et trouver de nouvelles idées. Moi, j’ai plein de sujets en tête. Je n’ai pas fini de tout dire. Tiens, ce sera peut-être une trilogie? Qui sait?» lance-t-elle tout haut.

C’est donc à l’écriture de son troisième opus qu’elle consacrera ses prochains mois, un spectacle qu’elle souhaite encore plus audacieux, plus profond et dont la seule recherche du titre la préoccupe déjà beaucoup. «Je voudrais qu’il soit aussi punché que celui de mon premier spectacle: Arabe et cochonne bio. Je n’ai pas eu le même effet avec Drôlement libre», constate-t-elle. Pour réserver votre place, composez le 450-434-4006 ou visitez le [www.odyscene.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top