- PUBLICITÉ -
Michel Barrette: à la bonne franquette

L’humoriste Michel Barrette au Théâtre Lionel-Groulx.

Michel Barrette: à la bonne franquette

Un spectacle d’anecdotes qui sont parfois tirées d’un autre spectacle; une tournée des lieux communs aux personnes qui avancent en âge… Michel Barrette n’en finit plus de raconter les mésaventures de sa vie sur scène et il y a toujours un vaste public pour y prendre plaisir, jusqu’à remplir le Théâtre Lionel-Groulx.

Après une trentaine d’années passées sur les planches, l’humoriste se présente sans décor ni accessoires, sauf une chaise et quelques lampes, pas même d’éclairages. Et non, il n’y a pas de bande sonore non plus.

Michel Barrette n’est pas un conteur, mais est un raconteur à la Jean-Marc Parent; tous deux se sont d’ailleurs mis d’accord sur leur parenté humoristique avec leur propre personne et leur entourage comme référent.

Il n’y a aucune critique possible sur un tel spectacle, on aime ou on n’aime pas, point à la ligne. Il n’y a plus de composition de personnage, puisque HiHa! Tremblay est disparu il y a déjà longtemps, ni la moindre mise en scène. Tout est à la bonne franquette, c’est la formule et ça marche rondement.

On constatait, lorsque l’humoriste s’est mis à trancher les âges par applaudissements, que les problèmes de prostate seraient en avant-plan et la colonoscopie n’a pas été longue à venir.

Un spectacle de Michel Barrette tient de l’expérience commune et il procède de la bonhommie de son personnage dont les frasques amusent toujours tout autant.

Mais l’intérêt du critique allait davantage vers fiston, samedi dernier, alors que Martin Barrette venait livrer deux chansons dans une très courte première partie.

Le jeune auteur et compositeur semble surtout motivé par les mots, sur des rythmes soutenus à la guitare. Sans avoir une grande voix, son style et la manière s’avèrent très intéressants pour la suite des choses. À défaut de maturité (il est tout jeune), il y a toutefois une originalité qui pourrait fort bien se développer vers quelque chose de nouveau et rafraîchissant. C’est vraiment à suivre.

Emmanuel Bilodeau, le 26 avril

Le comédien qui a personnifié René Lévesque est connu depuis longtemps, mais l’humoriste reste à découvrir en spectacle. Emmanuel Bilodeau sera donc seul, angoissé et en rodage sur les planches de l’église Sacré-Coeur, le 26 avril.

Il faut se rappeler qu’Emmanuel Bilodeau s’était mérité le prix du meilleur numéro au Gala Juste pour rire 2011, dans un numéro à saveur politique et sociologique. L’ex-avocat n’est jamais bien loin, l’ex-journaliste non plus, et l’extraterrestre nous promet un texte tout feu tout flamme, qui vous demandera une grande écoute, avec deux chansons bancales en prime.

Vous pouvez réserver au 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top