- PUBLICITÉ -
Mélanie Barney: Amour, délices et orgue

La titulaire du Grand orgue de la cathédrale Saint-Jérôme, Mélanie Barney.

Mélanie Barney: Amour, délices et orgue

Les gens ont beaucoup aimé entendre les délices du concert animé par Michel Corbeil, alors que le promoteur de musique classique présentait l’organiste Mélanie Barney, dans la nef de l’église Sainte-Thérèse d’Avila.

Au programme, il y avait les grands chefs-d’œuvre classiques et dans l’église se retrouvaient plus de 300 mélomanes d’un âge avancé, dont la plupart retrouvaient des sonorités de leur jeunesse pour servir les grands compositeurs.

Une dame de 70 ans témoignait d’ailleurs de toute sa gratitude envers le promoteur pour avoir fait revivre l’instrument de ses vingt ans et ils étaient unanimes à apprécier l’animation et le ton du spectacle présenté ce dimanche 2 septembre, en après-midi.

Parce que Michel Corbeil présente lui-même ses concerts, avec candélabres pour l’atmosphère et portraits des compositeurs, afin de faire revivre l’époque de ces grandes musiques, qui ont fait la joie de l’assistance.

«Ils veulent tous revenir», de témoigner le promoteur qui prépare deux autres concerts analogues avec la musicienne, soit le dimanche 7 octobre, pour faire valoir les grandes musiques de film à l’orgue, puis le dimanche 4 novembre, pour les grands classiques interprétés sur ce trop rare instrument.

Les trames filmiques seront assurément des plus appréciées, puisque les airs sont bien connus et les mélodies très accessibles sans qu’il faille nécessairement être un mélomane fini.

Parce que, pour ce qui en est des pièces telles les Canons de Pachelbel, la Toccata et fugue de Jean-Sébastien Bach et surtout l’Hymne à la joie, de Beethoven, l’auditoire a chaleureusement accueilli chacune de ces pièces, tandis que les œuvres plus austères ont, semble-t-il, laissé ces messieurs-dames quelque peu sceptiques.

Il faut toutefois admettre que certaines partitions plus austères et dénuées de mélodies auraient eu avantage à être élaguées de la représentation.

Le concert nourri de trames filmiques aura donc l’avantage de présenter des airs connus sur cet instrument d’une grande amplitude aux sonorités uniques et l’on ira également avec des œuvres sacrées accessibles dans le concert suivant, qui sera donné à l’approche du temps des Fêtes, dont on entendra sans doute les premières notes à cette occasion.

On a longuement applaudi à la conclusion et la concertiste fut cependant lente à réagir. En fait, des gens commençaient à quitter, lorsque l’organiste daignait bien revenir pour une ultime pièce.

Une concertiste se doit d’annexer son auditoire et la titulaire du Grand orgue de la cathédrale de Saint-Jérôme semble peu expérimentée avec le public, qui a dû se meurtrir les mains pour obtenir un rappel.

Le concert donné dans le cadre des festivités du 125e anniversaire de l’Église mère sise au cœur du village aura finalement permis d’amasser plus de 1 300 $ destinés aux très nécessaires réfections du bâtiment historique et patrimonial.

Le prix d’entrée pour les deux concerts à venir n’est que de 5 $. Plusieurs ont aussi profité de l’aubaine pour faire un don à leur église, et les billets seront disponibles à l’entrée dès 13 h 30 pour le concert qui débutera à 14 h. Pour rejoindre le promoteur, il suffit de composer le 450-419-9148, ou bien passer via le site [www.concertchandelle.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top