- PUBLICITÉ -
Martin Deschamps, Comme je suis, album, spectacle, Théâtre Lionel-Groulx, Sainte-Thérèse

Martin Deschamps propose les chansons revisitées de Comme je suis, son premier album lancé il y a 20 ans, en compagnie d’artistes qui sont devenus ses amis au fil des ans. (Photo Laurence Labat, courtoisie)

Martin Deschamps: une fête musicale entre amis

Le 4 mars au Théâtre Lionel-Groulx

Il y a de cela vingt ans, la scène québécoise et le public qui la fréquente accueillaient un nouveau venu, un certain Martin Deschamps qui, après avoir remporté le concours L’Empire des futures stars (1996) et s’être retrouvé presque immédiatement au cœur de la relance du groupe Offenbach (1997-1998), s’affirmait comme auteur-compositeur-interprète en lançant un premier album intitulé Comme je suis.

Ce premier opus, qui contenait 11 chansons, s’est tout récemment offert une deuxième vie avec la participation d’autant d’artistes à qui l’on a demandé de revisiter chacune des chansons et de les interpréter en duo avec Martin Deschamps. De l’album à la scène, il n’y avait bien sûr qu’un pas qu’on vient tout juste de franchir, à l’aube d’une tournée qui passera par le Théâtre Lionel-Groulx, le mercredi 4 mars.

Une affaire d’amitié…

«Cet album-là a complètement changé ma vie», affirme l’artiste qui a vu les salles se remplir devant lui, sur la foi des succès radiophoniques remportés par des chansons comme Quand?, Comme je suis et Casonava, par exemple. «C’est spécial, parce qu’au début, les gens venaient voir mon spectacle sans être nécessairement au courant de ma situation physique», raconte Martin Deschamps, qui en mesure encore l’impact positif, tant sur le public que sur lui-même. La chanson Le gauche, par exemple, qui parle avec humour de son pied unique, est un exemple qui illustre parfaitement ce penchant qu’il a pour la dédramatisation.

Tout au long de sa carrière, d’ailleurs, les témoignages ont afflué à l’effet que cette différence, qui saute rapidement aux yeux, est un aspect sur lequel on ne s’attarde que très momentanément. Une fois la surprise passée, dirions-nous, l’essentiel demeure: on regarde un gars qui chante. «Et ça me touche encore beaucoup quand les gens me l’avouent», confie l’artiste. Comme je suis, d’ailleurs, est un titre qui fait référence à cette fameuse différence, mais à ce qui l’habite intérieurement aussi.

C’est un album qui montre aussi l’étendue de ses goûts en matière de musique, ce qui apparaît d’une façon encore plus marquée grâce à cette participation complice des artistes impliqués dans ce projet: Les Respectables, Florence K, Angel Forrest, Damien Robitaille, Éric Lapointe, Daniel Boucher, Reney Rey, Nanette Workman, Marco Calliari, Patrick Norman et Lou Granger Deschamps, la fille de Martin. Chacun apporte une couleur particulière à la chanson qu’on lui a confiée, qui va parfois jusqu’à la relecture, dans un exercice de type «carte blanche» qui a débouché sur un objet qui s’écoute avec grand intérêt.

«Ce sont tous mes amis, dit-il, de belles rencontres que j’aie eues, depuis 20 ans, et j’avais envie de les inviter dans mon studio», raconte Deschamps qui, au départ, n’avait pas nécessairement prévu en faire un album. Le tout s’est donc déroulé dans une atmosphère détendue sans aucune pression, sinon l’objectif de finir la journée avec une chanson bien faite et bien emballée.

…et d’amour paternel

Sa préférée? Peace and love, bien sûr, qu’il interprète avec sa fille de 16 ans, Lou, qui démontre déjà des aptitudes vocales très impressionnantes. «Elle a tellement fait une belle job», évoque-t-il avec émotion, précisant au passage que l’interprétation qu’elle en fait est la sienne propre. «Elle m’a vraiment impressionné», dit-il. De fait, elle pourrait fort bien envisager une carrière musicale, une possibilité qu’elle considère parmi d’autres, au moment où pointe l’heure des choix.

«Elle a de l’audace, considère le paternel. C’est une qualité qu’il faut apprendre à contrôler. C’est bon d’en avoir, mais il faut savoir quand s’en servir». Martin Deschamps éclate d’un rire franc en prononçant ces paroles, et l’on comprend que c’est une chose qu’il s’est déjà fait dire. «Mes parents me le disent encore», confirme-t-il.

Sur ses vingt ans de carrière, Martin Deschamps aura ces mots: réussite et bonheur. «Je suis arrivé à une place où je suis confortable et heureux. Mais je veux encore aller de l’avant. Je ne veux pas m’asseoir sur mes lauriers», dit-il, lui qui vous invite à un spectacle, qui dit-il, ressemblera à une fête musicale entre amis, ceux qui l’accompagnent depuis toujours, et tous ces amis artistes qui se sont ajoutés au fil des ans et qui parlent, comme lui, le langage de la musique.

Le spectacle Comme je suis aura lieu au Théâtre Lionel-Groulx, le mercredi 4 mars. Billetterie: [odyscene.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top