- PUBLICITÉ -
Marlene Cordato invite ses jeunes concitoyens à slamer

La mairesse de Boisbriand

Marlene Cordato invite ses jeunes concitoyens à slamer

Afin d’intéresser sa jeune population à la culture, la Ville de Boisbriand lance un concours de slam.

Cette initiative du service culturel et communautaire de la Ville s’adresse aux jeunes de moins de 30 ans. Évidemment, l’administration municipale s’attend à ce que les Boisbriannais soient nombreux à faire valoir leur talent, même si le concours est ouvert aux participants de toutes les régions du Québec.

Peu importe d’où viennent les participants, ils feront rayonner Boisbriand, espère-t-on, la faisant voir comme une municipalité n’hésitant pas à innover, surtout lorsqu’il est question de culture.

La mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, croit qu’un concours axé sur le slam saura intéresser les jeunes. «Ça interpelle les jeunes et c’est un moyen de les faire participer à la culture. C’est différent, nouveau, plus participatif, plus que contemplatif», a-t-elle fait remarquer lors du lancement officiel du concours, le 21 mars dernier.

«Les jeunes expriment beaucoup de sujets qui les touchent à travers cette forme d’art», a soulevé pour sa part Ève Bélanger, chef du service culturel et communautaire de la Ville de Boisbriand.

Comme la moyenne d’âge des Boisbriannais est d’environ 35 ans, la mairesse Cordato espère aussi initier ses citoyens au slam par le biais de ce concours qui a été mis sur pied dans le cadre de l’entente de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications.

Pour déposer sa candidature, il suffit d’enregistrer un slam en français et sans musique sur une vidéo d’une à deux minutes, via un lien YouTube. Le participant doit d’abord se présenter, puis lancer sa performance. S’il a le choix du sujet, il lui est toutefois déconseillé d’utiliser des jurons ou encore des expressions racistes ou haineuses.

Après la date de fermeture du concours, le 29 avril, un jury sélectionnera cinq gagnants, dont deux Boisbriannais, puis inscrira leurs noms au programme des Beaux Lundis qui se tiendront entre le 15 juillet et le 12 août 2013. Les lauréats retenus recevront un cachet de 200 $ chacun pour présenter leur performance de slam en introduction à l’un des cinq «Lundis» inclus durant cette période.

Si le slam a été popularisé en France grâce à Grand Corps Malade, Yvy et David Goudreault se démarquent comme les figures de référence au Québec pour cet art de plus en plus populaire auprès de la jeune génération.

À la différence des Français, les Québécois enjolivent parfois leur performance de slam par quelques notes de musique. Mais pour le concours, toute musique est exclue. On privilégie le texte, les jeux de mots, la poésie urbaine. «Le slam, c’est une musique en soi», proclame Cynthia Desruisseaux, qui est adjointe communautaire à la Ville de Boisbriand.

L’équipe organisatrice en a fait une belle démonstration en présentant la performance de David Goudreault, alors qu’il était l’invité de Christian Bégin à l’émission Bar ouvert. Le slameur avait composé le texte Fils de pub à partir d’extraits publicitaires et de marques commerciales, ce qui avait donné un résultat tout à fait original.

Les jeunes intéressés à participer au concours trouveront tous les détails relatifs à la procédure d’inscription ainsi que les règles sur le site [www.boisbriand.qc.ca].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top