- PUBLICITÉ -
Madame Moustache et Misses Satchmo

Julie Ross à la guitare et Geneviève Néron à la basse, du groupe Madame Moustache.

Madame Moustache et Misses Satchmo

Semble-t-il que leur première appellation était le All Brand Flaky Pussy Band & Helping Men, mais que le nom de Madame Moustache se serait finalement imposé à la comédienne, chanteuse et bassiste Geneviève Néron et ses acolytes du western.

À la guitare acoustique et à la voix, Julie Ross est la complice de la comédienne dans cette aventure qui ne devait durer qu’un temps, soit celui du Festival western de Saint-Tite, mais qui perdure depuis 2007 avec un nouvel album prévu pour le 28 août prochain.

Ils étaient en formation complète avec le compositeur du groupe, Guillaume Duchesneau, sur la scène de la Fête du Village, mardi dernier, et il faut dire que l’énergie musicale a rondement fonctionné avec les Térésiens réunis à l’angle des rues Blainville et de l’Église.

C’est musicalement simpliste comme l’est toujours cette musique aux rythmiques lancinantes, mais l’énergie du groupe parvient, avec quelques chansons, à donner un ton et un vrai rythme au spectacle qui s’avère festif et emprunt de bonhomie.

En fait, il y a quelque chose de Calamity James dans la livrée du spectacle qui interpelle la foule avec succès.

Il ne serait pas surprenant que le groupe parvienne à rehausser le niveau musical avec le temps et l’expérience, quoique le genre n’a jamais réussi à s’étoffer autrement qu’en devenant du folk rock.

Ça reste à voir, mais pour se procurer le disque… disons qu’il faut aimer le genre.

Misses Satchmo, le 17 juillet

Le quatuor jazz Misses Satchmo s’est constitué autour de Lysandre Champagne que l’on a d’abord connue pour sa trompette qui donnait le ton et une énergie au groupe La Loi des Cactus, laquelle a aussi beaucoup tourné avec le rital Marco Calliari.

Or, voilà que la musicienne nous revient avec un groupe jazz bâti autour de la musique de Louis Armstrong et le swing des années 1930, notamment avec la pièce Heebie Jeebies.

L’esthétique est donc très Nouvelle-Orléans et Lysandre Champagne se révèle également comme chanteuse sur le disque The sun will shine, lancé au tout dernier Festival international de jazz de Montréal.

La trompettiste et chanteuse sera accompagnée de Maude Alain-Gendreau au piano sur la grande scène térésienne, de même que du contrebassiste Frédéric Pauze et Marton Maderspach à la batterie.

Ragtime, dixie et swing retentiront donc dès 19 h 30 et c’est bien évidemment gratuit. Faut-il rappeler que Ma tente à litre et des animateurs y sont également pour distraire les tout-petits avec lecture et arts plastiques.

Bill Evans, le 24 juillet

Vous le savez et nous le savons, le grand jazzman pianiste Bill Evans n’est plus depuis une trentaine d’années, mais sa légende revivra grâce aux talents conjugués de quatre des plus grands musiciens de chez nous alors que Michel Donato à la basse, le pianiste François Bourassa, ainsi que Frank Lozano au saxophone et le batteur Pierre Tanguay interpréteront ses plus grandes pièces.

Ce sera à la même heure et au même endroit et toujours dans la même atmosphère de fête villageoise. Apportez votre chaise.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top