- PUBLICITÉ -
Louise Tremblay d’Essiambre, auteure, écrivaine, Blainville, La maison du docteur, Du côté des laurentides

Avec La maison du docteur, Louise Tremblay d’Essiambre boucle la boucle de la saga intitulée Du côté des Laurentides. (Photo Claude Desjardins)

Louise Tremblay d’Essiambre propose une conclusion émouvante

Du côté des Laurentides

Elle a une façon bien à elle de s’adresser à ses lecteurs, comme s’ils partageaient sa vie et son espace, à l’image de ses personnages qui lui rendent visite pour lui faire des confidences. La formule est à ce point éprouvée que Louise Tremblay d’Essiambre propose un nouveau roman, son 51e depuis 1984.

Avec La maison du docteur, paru chez Guy Saint-Jean éditeur, l’auteure blainvilloise signe le troisième et dernier tome d’une saga intitulée Du côté des Laurentides, elle qui avait laissé son lectorat sur la scène d’une sombre tragédie, en conclusion du tome 2, alors que la petite école du rang 3 disparaissait dans les flammes et la fumée, un incendie nocturne qui n’épargnerait malheureusement pas la jeune institutrice Bérengère Martineau.

Entraide et résilience

Cette fin tragique affecte évidemment sa consœur Agnès Lafrance, personnage central de cette histoire, qui nouait avec elle des liens de plus en plus solides, et qui trouvera tout le réconfort voulu dans cette correspondance qu’elle entretient depuis toujours avec sa grande amie Marion Couturier. L’éventualité d’un mariage avec Fulbert Morissette, en dépit des lois de l’époque interdisant aux institutrices de convoler, ajoute une lueur d’espoir à la morosité ambiante.

Nous sommes à l’hiver 1933 et, autour d’eux, s’agitent encore les habitants de Saint-Clément-des-Laurentides, une galerie de personnages que l’auteure (elle préfère ce terme à cette autre appellation plus récente) a fait naître dans les premières pages de cette saga : Jérémie Théberge, qu’on soupçonne d’avoir allumé l’incendie, Juliana, sa sœur, toujours hantée par ses démons, le curé Jodoin, un homme influent comme tous les ecclésiastiques de son temps, et quelques autres, tous engagés dans une histoire qui, indique-t-on en quatrième de couverture, parle d’amitié, d’entraide, de résilience et d’amour.

Louise Tremblay d’Essiambre

On l’a dit plus haut, avec La maison du docteur, Louise Tremblay d’Essiambre vient de publier un 51e roman, elle dont la moindre parution est chaque fois coiffée d’un grand succès. Tout comme elle l’a fait pour Du côté des Laurentides, elle construit toujours ses histoires sous forme de sagas qui se déploient en plusieurs volumes.

Mère de neuf enfants, qui sont, dit-elle, sa plus grande passion et sa plus belle réussite, elle trouve aussi du temps pour l’écriture, la cuisine et la peinture. Elle peint notamment des paysages qui se retrouvent en page couverture de ses romans.

Pour en savoir davantage, visitez le [louisetremblaydessiambre.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top