- PUBLICITÉ -
L’organisme Héritage Anneplainois voit le jour

(Photo Yves Déry)

L’organisme Héritage Anneplainois voit le jour

Pour la sauvegarde du patrimoine religieux de Sainte-Anne-des-Plaines

Le 25 octobre dernier, à l’issue d’un vote dont le résultat s’était révélé sans équivoque (141 personnes sur 178), les paroissiens de Sainte-Anne-des-Plaines s’étaient prononcés en faveur de la création d’un organisme sans but lucratif, dans le but d’acquérir l’église de Sainte-Anne-des-Plaines, de séparer le culte des biens matériels et de faciliter ainsi l’octroi des subventions financières gouvernementales destinées à la réhabilitation du bâtiment. Depuis, les choses ont progressé et l’organisme a été mis sur pied. «Le Registraire des entreprises vient d’autoriser l’organisme sans but lucratif, sous le nom de Héritage Anneplainois», annonçait dimanche dernier le président du conseil de la fabrique, Patrick Boisvert.

Déjà, quelques réunions ont été tenues afin d’établir un projet de règlements internes, d’élaborer un plan de montage financier et de planifier le travail des prochains mois. Le conseil d’administration provisoire est formé de: Yvon Charbonneau, président, Richard Lauzon, vice-président, et Jocelyne Gauvreau, secrétaire-trésorière. Ils seront appuyés dans leurs tâches par quatre administrateurs, nommément Jacques St-Jean, René Fournelle, Roger Bastien et Guy Charbonneau. Ce dernier occupera le siège dévolu à la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines.

Les objectifs déclarés dans la demande de lettres patentes de l’organisme sont à l’effet de regrouper ensemble toutes les personnes intéressées à la conservation et à la protection du patrimoine religieux de Sainte-Anne-des-Plaines, de maintenir l’église selon sa conception originale, de faire les travaux de réparation requis et d’assurer l’entretien des bâtiments. «L’église de Sainte-Anne-des-Plaines, c’est un bijou. On ne veut pas la détruire. On veut la garder et l’embellir», a assuré Yvon Charbonneau.

Héritage Anneplainois vise également à promouvoir et encourager la participation de toute la population aux différentes activités réalisées dans le cadre de la mise en valeur du patrimoine religieux, tout en assurant sa gestion matérielle et financière.

Prochaines étapes

Au cours des prochaines semaines, les administrateurs entendent travailler de concert avec le conseil de fabrique Sainte-Anne afin d’établir un plan de sauvegarde des bâtiments religieux. À ce moment, il sera décidé si le presbytère est inclus ou non dans la démarche. Les ententes relatives au transfert des actifs devront aussi être conclues avec le diocèse de Saint-Jérôme.
«Ce n’est qu’après ce processus qu’on pourra se tourner vers le ministère de la Culture pour demander l’appui financier nécessaire pour la remise à niveau du bâtiment», a précisé M. Charbonneau. Enfin, M. Charbonneau s’est engagé à tenir la population informée à chacune des étapes qui suivront.

Rappelons que la remise en état de l’église requiert des investissements de l’ordre de 2,3 millions de dollars. Selon le Programme de reconnaissance des bâtiments historiques, le gouvernement du Québec pourrait subventionner 66 % du coût de la facture, ramenant la portion de la paroisse à quelque 750 000 $.

Photo horizontale: YD-10-01-31_7152

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top