- PUBLICITÉ -
Les Vagabonds de Boisbriand: déjà 30 ans

Les Vagabonds de Boisbriand

Les Vagabonds de Boisbriand: déjà 30 ans

Après 30 ans d’activité, Les Vagabonds de Boisbriand sont plus actifs que jamais.

En plus de leur spectacle annuel du 31 mai, où l’on pourra entendre 50 chanteurs exécuter un tour de chant tiré du répertoire des années 1980, dans une mise en scène aux chorégraphies dynamiques, la moitié du groupe s’envolera peu après pour la France afin d’y présenter quatre spectacles, dans le cadre du Festival choral international en Provence et en Aveyron.

C’est la première fois qu’un groupe québécois est invité à ce festival qui se déroulera en 2014, du 16 au 30 juillet. À cette occasion, les Vagabonds seront habillés des couleurs du Québec, le bleu et le blanc, et rendront hommage à des artistes bien connus dans la Belle Province: Charlebois, Simple Plan, Étienne Drapeau, Claude Gauthier.

Ce n’est pas tout. Dans l’agenda de la troupe, on retrouve également, en juin, le Mondial Loto-Québec Laval, un évènement annuel initié par Gregory Charles qui réunit des chœurs de partout dans le monde et auquel participe la troupe depuis huit ans. De toute évidence, le groupe n’a pas beaucoup chômé depuis 30 ans, ce qui en fait presque une exception dans le milieu des chorales.

«Il y a peu de troupes vocales au Québec qui ont une durée de vie aussi longue», signale d’ailleurs Claire Major, la porte-parole des Vagabonds. Celle‑ci estime que la formule de chants avec chorégraphies apporte un dynamisme qui a fortement contribué au succès de la troupe et qui a probablement changé quelque peu l’image un peu «quétaine» associée aux chorales. Assez, en tout cas, pour attirer des jeunes dans la troupe.

Selon la présidente des Vagabonds de Boisbriand, Brigitte Bélanger, au moins une dizaine de jeunes de moins de 30 ans ont intégré la troupe. «Chanter avec Les Vagabonds, c’est riche d’aventure. Chez nous, on ne s’ennuie pas», assure‑t‑elle.

«Il y a beaucoup de préjugés envers les chorales. Pourtant, une chorale, ça bouge, c’est vivant, affirme Caroline Fleury, qui a rejoint les rangs des Vagabonds en 2004, alors qu’elle n’avait que 19 ans. Tout ce trip de gang, c’est important pour moi. Ça devient comme une famille.»

Annie-Claude Fafard a 27 ans et chante avec Les Vagabonds depuis l’âge de 16 ans. Même adolescente, elle n’a jamais perçu le chant de groupe comme dépassé. «J’adorais le chant, la musique. Et chanter en chœur sur scène, il y a quelque chose de magique. On chante de superbes chansons et c’est stimulant. Ça bouge et on a envie d’être sur la scène», fait‑elle remarquer.

Les deux jeunes femmes se réjouissent d’autant plus de leur expérience que la chorégraphe de la troupe, Suzie Ranger, leur demande souvent d’apporter leur touche personnelle aux chorégraphies.

Le chef de chœur actuel, Stéphane Leroux, essaie tant qu’il le peut de jouer d’audace et d’originalité dans ses arrangements. En 2003, il a d’ailleurs démarré un programme permettant à des choristes de participer à un spectacle sur scène en compagnie d’un artiste reconnu. Certains chanteurs de la troupe ont vécu l’expérience et s’en réjouissent.

Le dimanche 9 février, des Vagabonds actuels et plus anciens s’étaient réunis à la Maison du citoyen, à Boisbriand, pour partager entre eux ce que leur a apporté l’expérience de la scène.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top