- PUBLICITÉ -
Les autrefois de Priscille: l’Acadie dans le quotidien de l’entre-deux-guerres

Gilberte Sirois et Priscille Noël Way partagent une belle complicité à travers ce livre. L’une

Les autrefois de Priscille: l’Acadie dans le quotidien de l’entre-deux-guerres

Les Résidences du Marché de Sainte-Thérèse se sont animées à l’occasion du lancement du livre de Gilberte Sirois, Les autrefois de Priscille, un bouquin racontant l’histoire acadienne de Priscille Noël Way.

C’est avec un cortège d’invités que Mme Sirois et Mme Way ont fait leur entrée dans la grande salle des Résidences, où amis, famille et résidents les attendaient. Elles ont été accueillies par la musique de Sylvie Clouette, au piano, et la voix de Robert Phaneuf, interprétant la chanson Évangéline.

Âgée de 96 ans, Priscille Way illumine la pièce par la chaleur de son sourire et la vitalité qui émane de son regard. Avec ce livre contenant son témoignage sur son passé acadien, elle veut laisser une empreinte pour sa famille et les générations futures.

«Je suis une Acadienne et j’en suis fière. Je garde un souvenir de la traversée de nos saisons, notre force, notre détermination et de notre vie», s’est exprimée celle qui a vécu le quotidien de l’Acadie de l’entre-deux-guerres. «Merci à Mme Sirois qui m’a aidée à réaliser mon rêve», a mentionné Mme Way lors de son allocution.

Pour l’énergique Gilberte Sirois, écrire l’histoire de Mme Way semble avoir été une belle expérience. «Je l’aime beaucoup, c’est une personne extraordinaire», a-t-elle expliqué en entrevue. L’auteure de 87 ans voulait relever le défi d’écrire sur une autre personne. «Je suis une personne qui a été gratifiée par le verbe et le geste. J’écris ce que je suis», affirme-t-elle.

Le livre a été publié aux Éditions Quitte ou Double, par l’éditeur Raymond Paquin. «J’ai accepté de publier le livre pour deux raisons, a expliqué celui qui a aidé à le terminer. Je trouve Mme Sirois extrêmement inspirante et je ne connaissais pas la vie quotidienne en Acadie entre les deux guerres. J’ai appris ce que c’était un père», a-t-il affirmé avant de réciter les nombreuses tâches de ces pères qui devaient se débrouiller dans tous les domaines. «En travaillant d’une noirceur à l’autre», a terminé M. Paquin.

Le propriétaire des Résidences du Marché, Luc Maurice, a démontré un réel enthousiasme face à cette publication. «Ces deux femmes, a-t-il dit en parlant de Mme Sirois et Mme Way, ont beaucoup plus en commun qu’on le pense. Ce sont deux grandes sensibles. Elles savent tourner les situations positivement.»

Les deux femmes ont reçu chacune, lors du lancement, une médaille offerte par le député Alain Giguère. «Vous ne vous rendez pas compte de l’impact historique de votre histoire», s’est-il exprimé à leur endroit

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top