- PUBLICITÉ -
Association des auteurs des Laurentides, AAL, 20e anniversaire, Prix Claude-Henri Grignon, Prix Pauline Vincent,

L’Association des auteurs des Laurentides célèbre ses 20 ans et procèdera à la remise du premier Prix Claude-Henri Grignon. (Photo Pixabay)

Les 20 ans de l’Association des auteurs des Laurentides

Création du Prix Claude-Henri Grignon

L’Association des auteurs des Laurentides (AAL) célèbre son 20e anniversaire de fondation et se projette déjà dans un avenir post-pandémique en annonçant une soirée gala-bénéfice (mécènes recherchés) et la remise de trois prix littéraires.

On l’imagine déjà festive et joyeuse, cette soirée que l’on prévoit tenir le dimanche 17 octobre, à l’hôtel Mont-Gabriel, alors qu’on décernera, pour la toute première fois, le prix Claude-Henri Grignon à un (e) auteur (e) de la région des Laurentides, pour sa contribution remarquable à la littérature québécoise. C’est Pierre Grignon, le petit-neveu de Claude-Henri, qui en fera la présentation, précisait la présidente de l’organisme, Roxane Turcotte, lors d’une conférence de presse virtuelle tenue le mardi 4 mai.

Pour cette première consécration, l’AAL a désigné quatre plumes majeures du monde littéraire, celles de Jean-François Beauchemin, Louise Tremblay D’Essiambre, Louis-Philippe Hébert et Francine Ouellette. En bout de ligne, il ne faudra en retenir qu’une seule, une responsabilité qui incombera à un jury formé de Fouad Bendifallah, bibliothécaire à la Commission scolaire des Laurentides, Christian Huron, propriétaire libraire de l’Arlequin, Jo-Anne Turnbull, directrice-générale du réseau des 62 bibliothèques des Laurentides, de même que l’auteur de ces lignes.

Deux autres récompenses seront remises, le 17 octobre, à commencer par le prix Pauline-Vincent (du nom de la fondatrice de l’AAL) qui couronnera une œuvre émergente. Le récipiendaire de ce prix, a-t-on spécifié, devra être membre de l’Association, avoir écrit entre un et trois livres et démontré un réel potentiel d’écrivain, du moins avoir convaincu le jury qu’il ou elle a le talent et toutes les qualités voulues pour inscrire son œuvre dans la continuité, peu importe le genre ou le style.

Enfin, le prix des bibliothécaires viendra souligner la popularité d’une œuvre, c’est à dire celle qui aura été le plus souvent empruntée dans tous les établissements du réseau des bibliothèques des Laurentides.

Virage numérique

Lors d’une conférence de presse virtuelle, les administrateurs de l’AAL ont réaffirmé la mission de cet organisme dédié au rayonnement des auteurs, qui a notamment profité de la dernière année pour prendre un virage numérique, notamment par la création d’une chaîne Youtube sur laquelle ils diffusent, entre autres, des capsules intitulées Entre dans la tête d’un.e auteur.e. Une soixantaine de capsules ont été produites, jusqu’ici. On entend poursuivre la chose, tout comme on entend créer des balados et explorer l’univers des livres en réalité augmentée. Un autre projet, appelé les Chuchoteurs, conduira des bénévoles auprès d’enfants vivant en région éloignée, à qui ils feront la lecture.

Combattre l’analphabétisme

À noter qu’une partie des profits dégagés lors de la soirée de gala-bénéfice sera versée à la Fondation pour l’alphabétisation, qui les réinvestira aussitôt dans la région des Laurentides. Ces fonds proviendront alors de la vente de tables en vue de l’événement du 17 octobre. «C’est une cause qui nous tient vraiment à cœur. L’analphabétisme est un fléau qui affecte les individus et la société de façon très importante», disait à ce propos la secrétaire de l’AAL, Joanne Turcotte.

Pour toute information concernant votre présence au gala-bénéfice, en tant que mécène ou convive, ou pour en savoir davantage sur les activités de l’AAL, communiquez avec l’organisme via le site [www.auteursdeslaurentides.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top