- PUBLICITÉ -
Le soleil du duo Fortin-Léveillé

(Photo Yves Déry)

Le soleil du duo Fortin-Léveillé

Musique

C’était un été pluvieux sous les gros nuages gris, toute la journée de vendredi, mais le soleil est apparu une fois le soir venu, alors que nous nous rassemblions à la maison Lachaîne pour y entendre les deux chaleureuses guitares du duo Fortin Léveillé.

Il n’y avait pas meilleure façon d’oublier la grisaille qu’au son éminemment mélodieux de ce duo de pizzicatos vibrant aux rythmes brésiliens et gitans, parfois très jazzy, deux virtuoses que nos éminents promoteurs du Comité culturel invitaient dans le cadre de la série Au coin du feu.

Permettez l’oxymore, mais ce duo est absolument unique, avec des accents sud-américains tellement mélodieux et des envolées tziganes qui dansent sur la beauté des accords. L’ethnomusicologue Richard Léveillé s’avère un maître en composition et son comparse de toujours, Luc Fortin, est un improvisateur remarquable.

De toute évidence les voyages, tant au Mexique qu’en Europe de l’Est et jusqu’en Asie du Sud-Est, avec escale par l’Afrique du Nord, ont été déterminants dans la facture musicale des deux instrumentistes qui se produisent également en quatuor, avec Michel Donato à la contrebasse et l’excellent roumain Marin Nasturica à l’accordéon. Il existe un excellent disque de cette formation baptisée du nom de famille de chacun des musiciens et cinq disques en duo sont disponibles, nommément Tranquilidad, Soleil, Avenida Café, Tropical Norte et Valse d’automne.

Il s’agit pratiquement toujours de compositions, quoique le duo aime interpréter notamment Django Reinhardt, dans le style manouche. On aura donc fait salle comble pour cet excellent spectacle que tous ont unanimement apprécié.

Le monde de Claude Léveillé, le 27 mars

Les pianos nostalgiques et autres saoulés du pathétique voudront très certainement renouer avec la Légende du cheval blanc, comme réentendre frérot Frédérique et, parmi les Rendez-vous, assurément revoir l’Étoile d’Amérique.

La santé du grand compositeur et formidable pianiste Claude Léveillé nous prive désormais de son talent sur scène, mais d’autres, comme le chanteur Denis Albert et le pianiste Bernard Lapointe, peuvent encore plaquer ces accords qui sentent le bon pain maison et faire entendre les paroles d’hier, que l’artiste a gravé pour toujours.

Votre Comité culturel vous invite donc à une soirée intitulée Le Monde de Claude Léveillé, donnée dans l’atmosphère des soirées Au coin du feu. Ce sera le vendredi 27 mars, à compter de 20 h. La maison Lachaîne est sise à l’angle des rues Blainville et de l’Église, à Sainte-Thérèse bien évidemment. On rejoint la billetterie en composant le 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top