- PUBLICITÉ -
Le Mois de la danse chez Odyscène: écoute pour voir

Une scène silencieuse d’Écoute pour voir

Le Mois de la danse chez Odyscène: écoute pour voir

Notre diffuseur lançait le Mois de la danse avec une chorégraphie in situ, à la bibliothèque de Sainte-Thérèse qui en a laissé plus d’un admiratif, à commencer par Frédéric Lapierre qui promeut cette forme artistique chez Odyscène et qui ressortait de cette expérience encore plus accro à la danse que jamais.

Frédéric Lapierre est un cinéaste qui présente Ciné-Groulx depuis des années. Il n’était pas un fou de danse, mais il l’est aussitôt devenu au contact du milieu, au point de s’évertuer à maintenant mettre le public en contact avec les interprètes.

Il avait marqué le coup avec des chorégraphies impromptues au Santa Teresa, en nous promettant de remettre ça dans un espace public. Or, cette récente rencontre artistique entre danseurs et lecteurs surpris dans leur environnement, à la bibliothèque Sainte-thérèse, fut un véritable moment de grâce.

Ces chorégraphies d’Emmanuel Jouthe placent spectateur et danseur en symbiose, reliés par le cordon ombilical d’un Ipod. Ça s’appelle une danse nomade; on pourrait aussi dire une ballade à deux synthonisée dans un paysage musical.

Le spectateur demeure debout tandis que l’interprète (et ils sont plusieurs en alternance) s’exécute exclusivement pour lui dans une étonnante rencontre silencieuse pour les spectateurs de la bibliothèque. Tous en ressortaient littéralement éblouis et sous le charme pour un bon moment.

Quiconque est à la recherche d’un spectacle corporatif qui impressionnera ses convives, en les faisant voir sur un jour personnel réjouissant, y trouvera plus que son compte.

Il en résulte une atmosphère d’étonnement qui porte aux échanges avec les témoins quant aux impressions ressenties, ainsi qu’un bien-être perceptible chez les participants à l’expérience.

Tapez Emmanuel Jouthe sur un moteur de recherche, mais dites-vous que la véritable magie ne peut être vécue que de l’intérieur, même si la vidéo est tout à fait étonnante. Les enfants aussi, et peut-être plus encore, succombent à la fascination de ce dialogue de proximité par la gestuelle.

Le spectacle performance s’intitule Écoute pour voir et il s’agit de la Compagnie Danse Carpe Diem.

Aux limites de la scène, mercredi 16 avril

L’événement s’inscrivait donc dans les activités du Mois de la danse qui se poursuit, le mercredi 16 avril, alors que Ciné-Groulx présentera le documentaire Aux limites de la danse, en présence du réalisateur Guillaume Paquin, dans la Salle Pierre Legault, au 1, chemin des Écoliers à Rosemère. C’est à compter de 19 h 30 et l’entrée est gratuite, avec prix de présence en sus.

Et le dernier rendez-vous de ce Mois de la danse débutera dès 19 h 15, le samedi 19 avril, avec un apéro-danse suivi de Mûre, de David Pressault, puis Complexe des genres de Virgine Brunelle. Onn réserve sa place au Théâtre Lionel-Groulx en composant le 450-434-4006.

Et sachez que ce Mois de la danse prépare toute une année qui nous amènera, dès octobre, les soirées Danse-Découvertes avec Dans ta tête et Six pieds sous terre ainsi que La suite logique. Viendra, en janvier 2015, sur la grande scène du Théâtre lionel-Groulx, le spectacle Les Chaises, que l’on dit dans l’esthétique d’Eugène Ionesco avec théâtre clownesque et danse acrobatique.

So Blue nous amènera Louise Lecavalier en février et Chorus II nous ramènera en avril, mais 2015.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top