- PUBLICITÉ -
Le lyrisme de Tocadéo

Le quatuor vocal Tocadéo.

Le lyrisme de Tocadéo

C'est un spectacle éminemment lyrique constitué de très belles chansons que les quatre membres du groupe Tocadéo livraient dans la grande salle d'Odyscène, dimanche dernier, en après-midi, devant un parterre complet et absolument séduit par la prestation.

Ils sont nommément Dany Laliberté, René Lajoie, Benoit Miron ainsi que Patrick Olafson, et il faut surtout savoir que Guy St-Onge agit comme directeur artistique auprès du quatuor.

La formule incluait aussi une violoniste, en la personne de Nathalie Bonin, ainsi que Marc-André Cuierrier au piano et aux arrangements, lesquels étaient appuyés par des bandes sonores.

De Ô sole mio à L’Effet papillon, en passant par Halleluia de Leonard Cohen, les quatre chanteurs s’en donnent à cœur joie en interprétant les plus grands titres, tant anglophones que francophones. Mais ce bilinguisme est aussi à déplorer, alors que le passage d’une langue à l’autre brise l’homogénéité du spectacle.

La pièce Comme d’habitude a plus de résonance dans l’esprit des Québécois que My Way et le quatuor aurait tout avantage à se camper dans la francophonie, puisque jamais ils ne seront invités au Albert Hall.

Cela dit, on rassemble justement des compositions originales francophones pour en arriver à les graver sur disque, ce qui pourrait bien donner la consistance artistique nécessaire au groupe afin de perdurer. En plus des belles voix, bien entendu.

Le romantisme étant toujours quelque peu racoleur, on a vu les chanteurs descendre dans la foule et faire du plat à ces dames, en leur tenant la main pour mieux les séduire de leurs voix doucereuses, ce qui a de toute évidence contribué au charme du spectacle.

Vous aurez deviné que nous étions plutôt âgés dans la salle, chose normale puisque la plupart des chansons entendues ont eu plusieurs fois vingt ans.

Thibert, Louvain, Toupin et Voisine…

Remarquez que ceux et celles qui ont aimé ce romantisme de Tocadéo seront sûrement de retour dans l’auditorium du collège Lionel-Groulx, le 16 février, alors que Marie-Hélène Thibert reviendra chanter chez nous, ainsi que le 19 février pour y entendre nul autre que Michel Louvain, encore le 24 du même mois pour entendre Marie-Chantal Toupin, et finalement le 3 mars, avec Ima.

Quoique le romantisme et la nostalgie atteindront leur paroxysme le 15 mars, avec le duo formé de Claude Barzotti et Chantal Pary.

On réserve en composant le 450-434-4006 et vous obtiendrez tous les renseignements complémentaires en passant sur le site www.odyscène.com.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top