- PUBLICITÉ -
Le jazz de Nicolas Chourot

(Photo Pierre Latour)

Le jazz de Nicolas Chourot

Musique

Il y avait très peu de mélomanes pour entendre le guitariste Nicolas Chourot, samedi dernier, à l’église Sacré-Cœur.

Nous étions en fait à peine plus nombreux dans la salle qu’il y avait de musiciens sur scène, avec le quintette, pour entendre les pièces de First landing, le tout premier disque du compositeur québécois originaire de Normandie, d’où le nom de famille.

D’abord formé au violon classique, le musicien est arrivé tard à la guitare, à l’âge de 29 ans, en fait, ce qui explique qu’il n’y ait pas de partitions instrumentales à haut coefficient de difficulté, mais plutôt des compositions appelant à une musique d’ensemble. Ses compositions sont intéressantes, certes, mais quelque peu linéaires, sans aspérités, tout à fait lisses et elles coulent de source, sans vraiment nous emporter.

Il est aussi très bien accompagné par Yves Adam, au saxophone, pour reprendre les mêmes lignes mélodiques, Simon Lapointe aux claviers et Gilles Deslauriers à la basse, ainsi que Pascal Lebel-Lamarre à la batterie. L’ensemble s’est bien approprié les compositions du guitariste en y ajoutant ici et là quelques reliefs intéressants.

Alexandre Désilets, le 11 décembre

Celui-ci a vraiment une très belle voix, ce qui lui permettait d’ailleurs de remporter le Festival de la chanson de Granby, en 2006, avec ses compositions gravées sur le disque Escalader l’ivresse.

Il se produira dans la formule cabaret de la petite salle de l’église Sacré-Cœur, le vendredi 11 décembre, et le prix d’entrée n’est que de 17,50 $ pour le grand public, et 15 $ pour les étudiants.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top