- PUBLICITÉ -
Le 27 mars au TLG: la double identité de Nadja

Nadja

Le 27 mars au TLG: la double identité de Nadja

Toute petite, dans son Lac-Saint-Jean natal, Nadja savait qu’au fond d’elle, vivait la musique des Noirs. «J’ai toujours aimé les chanteurs noirs, comme Stevie Wonder. Dans ma tête de petite fille, je savais déjà que la couleur noire était synonyme de son différent», décline-t-elle au bout du fil. La découverte de Whitney Houston est venue sceller son destin: comme elle, elle sera chanteuse.

En septembre dernier, après une incursion de plusieurs années (toute une vie) dans le répertoire de ses idoles soul et rhythm and blues, Nadja lançait son tout premier album original et entièrement en français, Des réponses, auquel elle a tenté d’apporter cette couleur «noire» qu’elle aime tant. «En français, c’est très différent. On célèbre nos auteurs et la musique vient supporter le texte. En anglais, c’est l’inverse. Ce sont les sons qui ont toute la liberté», nuance‑t‑elle.

Or, Nadja aime autant chanter en français qu’en anglais, même si le son est différent et même si l’émotion, dit‑elle, est totalement ailleurs. «Cette double identité, c’est ce qui fait l’unicité de mon parcours.»

Mise en scène de Nadja

Dans un spectacle dont elle signe elle-même la mise en scène, Nadja chantera la presque totalité des chansons issues de son album Des réponses (neuf titres, précise-t-elle). «Cet album, c’est moi. Je savais exactement comment je voulais mon spectacle», explique‑t‑elle.

Mais avant, elle effectuera un retour sur ses deux albums précédents. «Je ne peux pas ignorer d’où je viens. Et je dois aussi expliquer d’où viennent mes chansons», se défend‑elle. Un moment du spectacle sera également consacré aux plus populaires de toutes ces demandes spéciales reçues de ses admirateurs au gré du temps. Parmi elles, pour vous donner un petit avant-goût, se trouve la très belle Calling you, chanson thème du film Bagdad Café.

En février, parallèlement à sa tournée de spectacles qui s’est amorcée, Nadja est devenue le visage des boutiques Claire France, ce qui n’est pas sans lui déplaire. «Toutes les femmes ont les moyens d’être belles, tout le temps. Je ne suis pas une pro‑ronde, mais je dis qu’il faut apprendre à se sentir belle. C’est une question d’état d’esprit et d’attitude», lance‑t‑elle.

Pour assister au spectacle de Nadja, ce 27 mars, sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse, composez le 450‑434‑4006 ou consultez le [www.odyscene.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top