- PUBLICITÉ -
L’amour au temps des robes noires

(Photo Michel Chartrand)

L’amour au temps des robes noires

Galant, tu perds ton temps

Le prochain rendez-vous des Jeudis Show de la Ville de Blainville aura lieu au parc Dubreuil et il nous amènera la chanteuse Massiel Yanira sous le grand chapiteau. Mais avant, un mot sur Galant, tu perds ton temps et les cinq filles du dernier jeudi musical.

Galant, tu perds ton temps et les cinq filles du dernier jeudi musical.

Nous étions donc au parc Blainville pour entendre le quintette féminin qui s’exécute a capella, quoique les chanteuses Évelyne Gélinas, Isabelle Payette, Jacinthe Dubé, Josianne Hébert et Mia Lacroix sont accompagnées de façon tout à fait géniale par un musicien du nom de Jean-François Berthiaume, aux percussions et à la podorythmie.

Précisons que Josiane Hébert fait partie de l’équipe de tournée de Pierre Lapointe et vous aurez compris le niveau musical du groupe.

Autant vous le dire tout de suite, il vous faudra plusieurs injections d’EpiPen si vous êtes fortement allergique aux tom-tididom-tidididomdilididou, parce qu’il y en a partout et tout le temps.

C’est de folklore et donc de traditions dont il est question avec Galant, tu perds ton temps, un solide ensemble vocal dont les cinq filles se sont inspirées des chansons du terroir, certes, mais tout particulièrement celles qui parlent d’amour et de séduc… oh! que non, qui parlent plutôt de fréquentations.

L’époque prude, chaste et nourrie d’amours platoniques exigeant de la retenue, l’ensemble fait donc revivre le sentiment amoureux à l’époque des hommes en robes noires.

Le quintette s’avère musicalement très solide et son énergie rejoignait de toute évidence la foule qui remplissait le petit chapiteau.

Elles offrent un disque double sur lequel vous entendrez notamment Les sabots, Les promesses du galant, Amant perfide et bien d’autres chansons sur les amours d’un autre temps.

Massiel Yanira, le 12 août au parc Dubreuil

Nous vous avons déjà parlé de cette jeune femme bachelière en musique qui compose en s’inspirant des musiques latines, puisque sa mère est latino-américaine, et qui chante donc en espagnol.

La voix est superbe et la fille aussi, ses compositions vous feront passer de l’émotion tragique à la danse avec un naturel envoûtant.

Elle est accompagnée de Mathieu Gagné à la contrebasse, Alex Cattaneo à la guitare et ukulele, Ali Labelle au piano et à l’accordéon, de même qu’Éric Breton aux percussions.

Massiel Yanira chante aussi en français, en toute correspondance avec sa double identité, et sachez que c’est toute jeune enfant, lors d’un séjour en Haïti, que la belle a appris le piano.

Les rythmes sont toujours latins et ses chansons coulent de source. Vous aurez donc compris qu’il s’agit d’une artiste que nous vous recommandons chaudement.

Ce sera donc ce jeudi 12 août, sous le chapiteau, que l’on appelle affectueusement «l’abat-jour». Inutile d’apporter votre chaise puisque la Ville fournit tout, et ce, à compter de 19 h 30.

On rejoint le parc par la rue Dubreuil, via le chemin du Bas-de-Sainte-Thérèse, la prestation dure une heure et parfois un peu plus.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top