- PUBLICITÉ -
La Théâtromanie: l’art de se prendre pour un autre

La comédienne Marie-Soleil Dion assume la présidence d’honneur de la 16e Théâtromanie

La Théâtromanie: l’art de se prendre pour un autre

Depuis ce matin (mercredi 3 avril), à l’école Le Tandem de Sainte-Thérèse, chacun des 240 élèves se prend pour un autre. Et vous savez quoi? Non seulement la chose est-elle encouragée, mais elle sera hautement valorisée, du moins jusqu’au début du mois de mai.

Depuis 16 ans, la direction de cette école primaire considère que le théâtre contient suffisamment de vertus pédagogiques pour y engager tout son personnel et ses élèves, depuis le préscolaire jusqu’à la sixième année. Dès le début de l’année, les enseignants, qui porteront alors le chapeau du metteur en scène, se lancent à la recherche d’un texte, si bien qu’au retour du temps des Fêtes, leurs élèves devenus acteurs se voient confier la mission de se mettre progressivement dans la peau des personnages qu’on leur confie, afin de les incarner le mieux possible et de créer l’illusion spectaculaire de l’acte théâtral.

Ça donne un festival printanier qui porte le nom de Théâtromanie et que la très enthousiaste directrice Marie-Claude Garand attend toujours avec la même fébrilité. «Le printemps, dans mon école, ça se vit au rythme du théâtre et de la créativité. Merci d’y croire», a-t-elle lancé aux élèves et aux enseignants massés dans le gymnase de l’école, lors de la conférence de presse qui se veut un évènement au cœur de l’évènement, puisqu’on a pris l’habitude d’y présenter celui ou celle qui donnera une sorte de caution honorifique à l’exercice en y associant son nom.

Cette année, c’est la comédienne Marie-Soleil Dion, que les jeunes connaissent bien pour son rôle de Cathou dans Vrak la vie!,qui a accepté la présidence d’honneur de la Théâtromanie. Comme tous ses semblables de la colonie artistique qui l’ont précédée à ce titre, la comédienne semblait vivement impressionnée par tout ce déploiement d’énergie et s’est surtout adressée aux élèves, à qui elle a suggéré de vivre pleinement chaque seconde de plaisir que leur procurera la Théâtromanie.

Pour avoir elle-même participé à des productions scolaires, quand elle était enfant, elle a rappelé à chacun qu’il n’y a jamais de petit rôle. «Vous êtes uniques et importants dans votre spectacle. Une fois, raconte la comédienne, je faisais une huître. Dans toute l’heure du spectacle, j’avais seulement deux répliques. Mais mon huître était importante parce que sans elle, il n’y aurait pas eu d’histoire.»

Et des histoires, il s’en racontera tout plein, au cours des prochaines semaines, alors qu’on replongera tantôt dans l’univers de Disney pendant que d’autres partiront à la quête du bonheur. Parfois, des monstres briseront le pêne de quelque serrure pour faire peur aux enfants, des personnages de conte sèmeront la pagaille dans une histoire qui n’est pas la leur, même qu’un apprenti sorcier se mettra solidement les pieds dans la marmite. Il arrivera aussi qu’on mettra les voiles à la recherche du rêve perdu, mais on finira tous au Ranch du spaghetti pour fermer à la fois les livres de ce haut lieu de la gastronomie et de la 16e édition de la Théâtromanie.

Au final, les 14 classes de l’école Le Tandem auront produit huit spectacles joués au moins deux fois chacun. Et parce que leurs parents et leurs amis seront bien fiers d’eux, les élèves auront fait joyeusement sauter l’applaudimètre. C’est ainsi qu’en saluant la foule en délire, ils recevront leur plein salaire.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top