- PUBLICITÉ -
La messe des guitares

(Photo Michel Chartrand)

La messe des guitares

The International Guitar Night

The International Guitar Night, c’est notre cadeau de Noël de Brian Gore en même temps qu’une célébration de la guitare qui nous emballe à chaque fois, avec des prestations solistes, en duo comme en quatuor, absolument renversantes et servies par les plus grands virtuoses de la guitare acoustique.

Brian Gore inaugurait donc la traditionnelle messe de la guitare, jeudi dernier, dans son style folk taping avec des compositions personnelles, mais aussi un petit texte d’introduction en français, sans doute écrit par un traducteur de chez Ikea, ce qui permettait de débuter la soirée de façon sympathique, pour un show de guitares de très haut calibre.

On le sait, The International Guitar Night est un collectif de guitaristes qui se forme en quatuors pour se produire à travers la planète et le Théâtre Lionel-Groulx est devenu une escale régulière qui nous amenait cette fois-ci la guitare harpe de Stephen Bennett, aussi Itamar Erez et Lulo Reinhardt sur des guitares espagnoles, en plus du présentateur semi-francophone qui joue sur cordes métalliques.

Toujours selon la formule connue, nous avons eu droit à quatre performances solistes, en première partie, qui établissaient le style et la virtuosité de chacun des pizzicatos, mais ce sont surtout les prestations en duo, notamment entre Erez et le petit-neveu du grand Jango Reinhardt, qui ont soulevé la foule.

Lulo Reinhardt est assurément de la descendance du maître du jazz manouche, mais son jeu est plus vaste en doigté et ses compositions sont davantage mélodiques. La beauté du duo, avec Erez, c’est que l’Israélien né au Canada amenait une touche jazzy européenne aux envolées gitanes de Reinhardt, pour créer des moments musicaux très intenses.

Quoique ce sont toujours les pièces à quatre guitares qui constituent le moment fort de ces soirées et il faut dire que la harpe guitare donnait une amplitude à l’ensemble, qui a été brillant dans les improvisations.

Steve Marriner, le 28 novembre

C’est de gros blues très traditionnel dont il sera question, à l’église Sacré-Cœur, ce samedi 28 novembre, alors que Steve Marriner débarquera sur la petite scène de la formule cabaret avec guitare et surtout l’harmonica.

Le chanteur et multi instrumentiste remportait le prix du meilleur harmoniciste, au Maple Blues Award de 2008, c’est vous dire le talent que les amateurs du genre lui reconnaissent depuis longtemps.

Le prix d’entrée régulier n’est que de 20 $ et c’est 15 $ pour les abonnés du Théâtre Lionel-Groulx. La petite salle avec service est sise au 45, boulevard Labelle, à l’angle de la rue Blainville.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top