- PUBLICITÉ -
La Fabrique de l’humour:  des humoristes tous les mercredis

Dave Gaudet

La Fabrique de l’humour:  des humoristes tous les mercredis

Envie de chasser la grisaille par une belle soirée tout en humour? Pourquoi ne pas faire un petit détour par la Fabrique à boire, du Faubourg Boisbriand, chaque mercredi soir, à compter du 13 janvier?

Ces rendez-vous hebdomadaires donneront l’occasion à la relève d’humoristes de se faire connaître tout en offrant un spectacle à proximité.

Tous les mercredis, à compter de 20 h, la Fabrique de l’humour recevra trois humoristes, en plus de Dave Gaudet qui se chargera de faire le pont entre eux.

C’était soir de grande première, le 16 décembre dernier, alors que le bar-distillerie recevait, en plus de l’animateur Gaudet, Alexandre Bisaillon et Alexandre Roy, deux jeunes humoristes.

Sympathique animateur

Cet Albertain de 32 ans qui parle le français du Québec sans accent, a roulé sa bosse dans le milieu de l’humour depuis qu’il a débarqué à Montréal, en 2003. C’était le Québec ou rien, puisque «Montréal est la ville des arts», dit-il.

En plus de sa participation aux Grands rires de Québec, il s’est également distingué comme animateur avec une longue série de soirées à saveur humoristique ici et là.

Avec sa gueule de bon gars, mais juste assez disjoncté, il arrive à mettre rapidement de l’ambiance. Ses blagues sont grosses, mais le public s’en amuse allègrement.

L’humoriste Gaudet déblatère allègrement sur le Québec, qu’il aime malgré les taxes scolaires à payer, même sans enfants, à l’achat d’une maison. C’est qu’«au Québec, on peut manger de la poutine à tous les jours, des fromages d’ici, prendre une bière au Centre Bell et (surtout) être toujours en tabarnak.»

Pour tout dire, l’animateur s’est révélé plus spectaculaire que ses deux invités de la soirée. Même si son humour n’est pas dénué de mordant, ses facéties et son ton expressif le rendent franchement sympathique.

Alexandre au pluriel

Avec sa chevelure finement bouclée, ses petites lunettes rondes et sa barbe rousse, Alexandre Bisaillon affiche une mine d’intellectuel écossais. Diplômé de l’école nationale de l’humour en 2012, l’humoriste natif d’Ottawa a fait sa marque avec un humour que certains qualifient de «clownesque», tant son jeu combine anecdotes et absurdités. À cela, s’ajoute le talent d’imitateur.

Après l’entracte, un troisième humoriste, Alexandre Roy, s’est avancé au micro. Au programme : la joaillerie de famille, appelons-la comme ça, et les relations de couple. L’organe de virilité, indéniablement masculin, préoccupe grandement l’humoriste qui s’est épanché sur le sujet durant plusieurs minutes.

Ensuite, celui-ci s’est permis une petite reprise d’Un gars, une fille, explorant le rapport homme-femmes, thème déjà très exploité. Bref, rien d’original.

Toutefois, le public a ri de bon cœur, ce qui démontre que l’appréciation d’une soirée d’humour est bien personnelle. Certains privilégient l’humour fin, d’autres ne dédaignent pas les grivoiseries.

Pour en savoir davantage sur les invités hebdomadaires, consultez la page Facebook Les Mercredis Fabrique de l’humour, au www.facebook.com/Les-mercredis-Fabrique-de-lhumour-164532657235216/#

On promet aussi quelques invités-surprises. Tiens, tiens!

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top