- PUBLICITÉ -
Julie Dassylva dans Showtime

Julie Dassylva

Julie Dassylva dans Showtime

Nous vous avons déjà parlé de Julie Dassylva alors que la chanteuse donnait son tout premier spectacle soliste au Centre d’art La petite église, une soirée vraiment sympathique et une solide prestation avec le chanteur Bruno Pelletier comme invité spécial.

Or, c’est dans la troupe de la revue Showtime qu’elle chante en ce moment en interprétant La Bolduc, Alys Robi, dans la foulée des Supremes et Aretha Franklin.

 

«On débute le spectacle dans les années 1910 avec les chansons à répondre et on remonte le temps en musique avec des indices sur l’époque. Ça déboule dans les années 1980 et on transporte les gens en faisant appel à leurs souvenirs», résume-t-elle à propos de ce spectacle à grand déploiement qui a remporté le Grand prix du tourisme pendant trois années consécutives, avec quelque 140 000 spectateurs.

 

Il s’agit en fait du dixième anniversaire de la revue Showtime, avec 13 artistes sur scène revêtant plus de 300 costumes pour interpréter un répertoire de quelque 150 chansons, le tout baigné d’éclairages qui suscitent des commentaires fort élogieux.

 

Julie est donc engagée dans cette aventure de groupe jusqu’au 3 septembre prochain, au théâtre Marcellin-Champagnat, à Laval, et ce, trois soirs semaine, soit du jeudi au samedi, à compter de 20 h.

 

Il est dans la nature professionnelle de Julie Dassylva de s’insérer dans une troupe, puisqu’elle a bourlingué avec Danse-sing, Viva Casino, Femmes et Dracula, mais aussi à la télévision dans Palmarès et l’Heure de gloire, quoique c’est assurément la tournée Seul, avec Garou, qui demeure son souvenir le plus saisissant.

 

«Il y avait 10 000 personnes dans le stade et Garou m’a fait un clin d’œil en voyant combien j’étais impressionnée par la réaction de la foule à son égard», se remémore la choriste qui n’en revient toujours pas d’autant d’affection envers un artiste.

 

Sans prétendre à un tel succès planétaire, la chanteuse continue, en parallèle, de se former en étudiant en ce moment au Certificat ès Lettres, à l’Université de Montréal, dans le but avoué d’écrire ses propres chansons.

 

«Je fais de la pop organique», résume-t-elle avec notre assentiment, parce que c’est exactement de cette façon dont nous avions perçu son spectacle solo: une voix éminemment juste qui s’est forgée en se coltinant à tous les genres, à travers des centaines de chansons, et qui trouve à chaque fois le ton et la manière, une voix qui fait passer la vérité d’un texte.

 

Et pour maintenir ce désir de réalisation d’un disque bien vivant avec ses propres chansons, Julie peut compter sur un conjoint aussi musicien. «J’aurais jamais chanté mes chansons sans mon chum», résume celle qui a aussi le statut de maman.

 

Elle a déjà quelques chansons dans ses tiroirs et nous aurons très certainement l’occasion de vous en reparler.

 

Mais le plaisir du moment se vit en groupe dans cette grande production musicale qui fait aussi appel à l’humour, la danse, et qui se veut un moment de plaisir nostalgique. «Les gens viennent en famille, c’est pour tous les âges et l’on donne trois heures de plaisir, avec vingt minutes d’entracte pour reprendre notre souffle», termine notre invitée qui, de toute évidence, demeure une choriste très recherchée et une artiste soliste en devenir.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top