- PUBLICITÉ -
Isabelle Stern l’emporte

Isabelle Stern se démarque du lot dès les premières notes de Beautiful, de Christina Aguilera.

Isabelle Stern l’emporte

Blainville en chanson

Isabelle Stern est la nouvelle reine du concours Blainville en chanson, un évènement pour le moins relevé qui se tenait pour la première fois au Théâtre Lionel-Groulx, le vendredi 27 mai.

C’est Carolane Closset, vainqueure de l’édition 2010 et également membre du jury, qui donne le coup d’envoi de la soirée avec une prestation qui nous rappelle sans peine les raisons de sa victoire de l’an dernier.

Elle cède ensuite le micro à une Véronique Boucher déjà émue, toujours aussi enthousiaste et impliquée auprès des concurrents, dont elle connaît les dossiers par coeur, desquels elle souligne des traits de personnalité ou des anecdotes amusantes. Concise, naturelle, elle fait en sorte que le spectacle se déroule comme sur des roulettes, avec fluidité et efficacité.

Ariane Martel est la première participante à fouler la scène, vêtue d’une robe scintillante. Elle nous offre Reste si tu veux, popularisée par Sylvain Cossette, dans un blues mettant en valeur sa voix agréable et son interprétation sentie.

Elle est suivie par une Frédérique Germain à la diction impeccable, qui nous livre avec un mélange équilibré d’aplomb et de délicatesse, de technique et d’émotion, S’il suffisait d’aimer.

Seul participant de sexe masculin de la présente édition, Jérémie Turgeon s’amène avec sa guitare pour interpréter Iris des Goo Goo Dolls, un beau travail d’arrangements et une interprétation oscillant entre introspection et éclats vocaux d’une sincère intensité.

Laurence Jutras prête quant à elle sa jolie voix au succès d’Annie Villeneuve, Mon héros, en offrant une émouvante douceur mêlée à de beaux passages dans les envolées.Victoria Laurence la suit sur scène, s’appropriant la pièce Complicated d’Avril Lavigne en lui imprimant de nouvelles inflexions. Avec assurance, elle arpente le plateau avec dynamisme pour une prestation des plus rafraîchissantes.

C’est ensuite Chloé Filion qui prend d’assaut le plateau avec sa voix nuancée et sa présence intense. Théâtrale, sincère, elle prend le temps de dire, d’intérioriser les mots de Pas sans toi de Lara Fabian. Sophie Nadeau prend ensuite le relais, interprétant Dieu aide les exclus avec les graves nuances de sa voix profonde, appuyée par sa solide présence sur scène. Au tour de Vanessa Dozier d’offrir la pièce Comme avant, popularisée par Marie-Mai, avec un bel aplomb et une jolie voix, auxquels s’ajoute une gestuelle étonnamment naturelle.

Isabelle Stern se démarque du lot dès les premières notes de Beautiful de Christina Aguilera, grâce à son assurance et son sourire alliés aux modulations et à la maîtrise de sa voix, sa performance sans maladresse aucune. Valérie Sousa Tavares conclut en beauté la partie concours de la soirée avec une interprétation sentie et émouvante, élégante, prêtant sa voix veloutée et nuancée à Le plus fort c’est mon père.

C’est au sympathique Pascal Chaumont qu’incombe la tâche de faire patienter le public durant la délibération du jury avant de se joindre au traditionnel numéro de groupe précédant l’annonce des gagnants. C’est ainsi que Laurence Jutras met la main sur la troisième place alors que Valérie Sousa Tavares s’empare de la seconde et qu’Isabelle Stern est, sans trop de surprise, couronnée vainqueure, en plus de remporter le prix Coup de coeur du 806e escadron des cadets. Victoria Laurence et Sophie Nadeau ne sont pas en reste, puisqu’elles remportent respectivement le Coup de coeur Blainvillois et le Prix de la Société nationale des Québécois pour le choix d’une chanson francophone.

Le début de quelque chose de gros

Le concours annuel Blainville en chanson soufflait cette année ses cinq bougies dans une fébrile atmosphère de changement, d’un commencement de quelque chose de gros.

Avec toutes ses heures de formation, l’encadrement et le soutien apportés par l’animatrice et mentor Véronique Boucher, de même que les professionnels du Centre musical de Blainville, et ses prix qui encouragent la poursuite d’une démarche artistique plutôt qu’une récompense ponctuelle, dire que Blainville en chanson est une expérience enrichissante pour les jeunes talents locaux relève de l’euphémisme.

On sentait effectivement, le 27 mai dernier, une volonté de faire encore plus, de rehausser le tout d’un cran.Tout d’abord, l’amicale compétition a déménagé ses pénates de l’école secondaire Lucille-Teasdale au Théâtre Lionel-Groulx, avec sa grande scène, ses projecteurs et son rideau de velours rouge. Qui plus est, un orchestre maison (plutôt qu’une trame enregistrée), composé d’enseignants en musique du collège, accompagnait les chanteurs et chanteuses lors de leur passage sur le plateau.

Deux beaux défis à relever pour ces dix participants âgés de 12 à 17 ans qui, autre changement majeur, provenaient non plus seulement de Blainville, mais de l’ensemble des municipalités de la MRC de Thérèse-De Blainville.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top