- PUBLICITÉ -
Grandes chansons et grandes voix

(Photo Pierre Latour)

Grandes chansons et grandes voix

Musique

C’est une foule plus nombreuse qu’à l’habitude qui s’est rassemblée le 21 juillet dernier sur la Place du Village, pour accueillir cette fois le quatuor vocal Tocadéo dans le cadre d’un nouveau concert en plein air.

Se produisant pour la première fois en sol térésien, René Lajoie, Dany Laliberté, Benoit Miron et Patrick Olafson ont prêté leurs voix puissantes et maîtrisées à une variété de classiques de la chanson pour faire vibrer la Place du Village de Sainte-Thérèse.
Élégamment vêtus de complets noirs, les quatre chanteurs entrent en scène sans préambule, un à la fois, dans une atmosphère de quasi-solennité. Prenant place devant une toile peinte, ils entonnent Somewhere. Les gestes et les regards semblent chorégraphiés, pas un fil ne dépasse. Mais si l’emballage donne au départ une légère impression ostentatoire, on l’oublie bien vite lorsque le quatuor s’adresse à nous avec aisance et humour, se taquinant les uns les autres, échangeant des plaisanteries. Le concert se poursuit avec Le baiser d’une rose, version française de la pièce du même nom et popularisée par Seal, enchaînée avec un Break my Heart, succès de Toni Braxton, ici repris en espagnol sous le titre Regresa a Mi. Dans chaque cas, les harmonies vocales sont impeccables, et les interprètes, chaudement applaudis par un public plus démonstratif que de coutume. Ainsi, les premières mesures de Belle, issue de Notre-Dame de Paris, ou encore celles de Les femmes, tirée de Don Juan, déclenchent aussitôt les applaudissements d’un public apparemment fervent de comédie musicale.

Avec les chansons qu’il a soigneusement sélectionnées, Tocadéo rend hommage aux femmes et à la maternité (la Mama d’Il Divo), et beaucoup à l’amour sous toutes ses coutures (Unchained Melody des Righteous Brothers, Qui sait? de Daniel Lavoie), mais surtout, ils se disent réunis par le plaisir de chanter. Nous instruisant un peu sur leur méthode de travail, le quatuor présente une pièce a capella. Leur interprétation de Yesterday génère un tonnerre d’applaudissements pour la qualité des harmonies et la richesse des voix, que l’on peut mieux discerner et apprécier lorsqu’elles sont détachées de la bande sonore. C’est à un public conquis que Tocadéo offre une Amazing Grace magistrale et poignante, puis I Believe in You d’Il Divo, chanson empreinte de positivisme aux envolées impressionnantes Le spectacle se termine sur les dernières notes de My Way de Frank Sinatra, qui engendrent une ovation debout spontanée de même qu’un rappel imminent. C’est finalement avec La Quête de Jacques Brel que Tocadéo termine un concert de qualité et des plus rassembleurs, méritant ainsi une seconde ovation tout aussi spontanée de la part d’un auditoire tout à fait séduit.

Soyez au rendez-vous mardi prochain, alors que la formation Fastlane vous fera danser au rythme des grands succès des années 1970 à aujourd’hui, dans un mélange de sonorités disco, latine, rock et québécoise.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top