- PUBLICITÉ -
George Sand

La pianiste Milena Trifonova.

George Sand, Chopin et Valentin

George Sand étant femme, Frédéric Chopin s’avérant son amoureux et la Saint-Valentin étant ce qu’elle est, il ne manquait plus que la pianiste Milena Trifonova pour faire revivre la musique, les mots et le romantisme.

Les habitués de ces pages auront tout de suite lu la signature du Comité culturel de la Ville de Sainte-Thérèse et pensé du coup à la série dominicale des Matinées muffins au son, toujours donnée dès 11 h à la maison Lachaîne.

Il reste d’ailleurs deux de ces matinées classiques à prévoir, soit le 9 mars, avec le Quatuor Franz Joseph, puis le 4 avril, pour entendre la violoncelliste Mélanie Barney et le pianiste Vincent Bélanger en duo.

Mais revenons à Milena Trifonova qui a soigneusement choisi quelques passages, des bribes que les poètes qualifieraient de fragments amoureux. Ces liens littéraires avaient surtout l’intelligence de ponctuer l’évolution du couple mythique formé du grand compositeur adulé et de l’écrivaine reniée par les plus grands, dont Baudelaire.

C’est dans la progression d’extraits de la correspondance des deux artistes que l’on retraçait les dix années de leur liaison, avec des apartés quant aux personnages tout aussi mémorables qui gravitaient dans le giron du couple et de la famille.

La musique étant le motif du spectacle et Chopin le grand maître du romantisme, c’est donc au piano que l’on attendait l’artiste. Fantaisie, nocturnes, mazurkas et valse brillante, c’est avec ravissement que l’auditoire se permettait d’entrecouper la représentation, lorsque possible, pour applaudir la performance de la pianiste.

Outre ces matinées classiques, ledit Comité culturel donne aussi desRendez-vous au coin du feu au même endroit, dont le prochain aura lieu le 7 mars avec le groupe Just Ladies. C’est de la chanson française populaire.

On clôturera la série de façon brillante, le vendredi 4 avril, avec la pianiste Lorraine Desmarais, dont la carrière se résume en une dizaine de disques et plusieurs circonvolutions sur la planète depuis qu’elle fut consacrée au Festival de jazz de Montréal, en 1984.

La maison Lachaîne est sise à l’angle des rues Blainville et de l’Église et il s’agit de spectacles intimistes présentés en formule cabaret. Pour réservation, on passe via Odyscène en composant le 450‑434‑4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top