- PUBLICITÉ -

L’auteur Gabriel Beauchesne.

Gabriel Beauchesne remporte un concours intercollégial d’écriture dramatique

Gabriel Beauchesne, étudiant en Interprétation théâtrale au Collège Lionel-Groulx, est le grand gagnant de la 25e édition de l’Égrégore, le Concours intercollégial d’écriture dramatique produit par le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ).

Son texte, Ars Vivendi, un hommage aux biens mourants, sera mis en lecture et présenté le 18 avril prochain, lors de la 34e édition de l’Intercollégial de théâtre au Cégep de Chicoutimi, ainsi qu’en mai 2020, lors du 19e Festival du Jamais Lu au Théâtre Aux Écuries à Montréal. 

Le texte de Gabriel Beauchesne  a été sélectionné par un jury coordonné par le Centre des auteurs dramatiques (CEAD). Le jury est composé d’Olivier Arteau, d’Alexandre Fecteau et de Marie Gignac. Le lauréat bénéficiera d’un parrainage d’écriture de neuf heures avec Maxime Champagne du CEAD et verra son texte paraître aux Éditions Fides.

La pièce

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour protéger ce qui nous est le plus précieux? Même s’il ne s’agit que d’un bar de danseuses abandonné à La Prairie. Pour Agathe, qui squatte le lieu depuis plusieurs années, c’est toute sa vie et sa vision d’elle-même qui sont mises en danger lorsqu’une bande de jeunes adultes envahissent son territoire à des fins personnelles pour y filmer une expérience en huis clos. Prétexter la paix, n’est-ce pas simplement la prémisse d’un génocide silencieux? Agathe criera son nom et dansera au nom de la vengeance pour retrouver ce qu’il lui est le plus précieux: la liberté d’être oubliée.

Mot de l’auteur
«Dans une période plus aventureuse de ma vie, je me souviens avoir exploré avec un ami une vieille usine abandonnée. Depuis sa fermeture, de nombreuses personnes s’y étaient aventuré; des curieux, des photographes, des artistes, des sans-abris et bien des individus dont je ne soupçonnerais même pas l’existence.

Ce lieu me racontait, par les débris, les objets laissés et les graffitis, une histoire de mon époque. Dans un tunnel étroit, j’y ai même trouvé des marques laissant savoir que quelqu’un avait rampé dans ces détritus avant moi. Ces lieux laissés pour morts attirent ma curiosité, pour ce qu’ils représentent et ce qu’ils ont vécu.

Avec Ars Vivendi, un hommage aux biens mourants, je me suis amusé à faire vivre un de ces lieux qu’on aurait cru mort. C’est par la comédie que j’ai décidé de raconter cette histoire qui m’a traversé l’esprit un soir d’octobre. J’ai voulu jouer sur cette ligne qui sépare le malaise de l’acceptation, la lourdeur de la légèreté et le drame du ridicule.»
Le concours

Le concours de l’Égrégore, nom du premier théâtre expérimental ayant vu le jour à Montréal en 1959 sous l’égide de Françoise Berd, est produit par le RIASQ, présenté par Desjardins et en collaboration les Éditions Fides, filiale de COOPSCO.

Ce concours a vu naître plusieurs écrivains et metteurs en scène depuis sa création, notamment Simon Boulerice, Pierre-Luc Lasalle, Julie-Anne Ranger-Beauregard, Sarah Berthiaume ainsi que plusieurs autres. Le prix est aussi rendu possible grâce au soutien financier du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et du ministère de la Culture et des Communications.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top