- PUBLICITÉ -
Fous de la photo

À la faveur de leur exposition annuelle

Fous de la photo

Les membres du Club Photo de Boisbriand révélaient leur travail au grand public, dans le cadre de leur exposition annuelle tenue les 25 et 26 mai. Vernissage et vin d’amitié ont permis aux photographes d’échanger avec les visiteurs, de leur faire découvrir avec une fierté et un plaisir manifestes les techniques utilisées, les instants mémorables qu’ils ont su immortaliser, les accidents heureux qui génèrent des photos incroyables.

Sans thématique définie, l’exposition comprend 85 œuvres choisies avec soin par les photographes du Club. Noir et blanc, couleurs éclatantes, clichés panoramiques ou macrophotographies se côtoient donc dans la Maison du citoyen de Boisbriand.

En déambulant dans la pièce à l’aménagement permettant une exploration dynamique (les photos ne sont pas seulement exposées sur les murs, mais aussi sur des modules situés au centre de la salle), on peut observer une multitude de sujets exploités. On peut toutefois y cerner quelques grands thèmes : le domaine animal, la nature et le paysage, l’architecture et l’humain, de même qu’on y aperçoit des expérimentations avec la lumière ou le mouvement.

Les voyages au pays ou ailleurs semblent également constituer une source intarissable d’inspiration pour les photographes, qui ont visité Wuzhen (France Bouchard), Lumsden Dam (Michel Beauregard), Val Jalbert (Yolande Beauregard), L’Isle-aux-Coudres (Jean Martin) ou San Giorgio Maggiore (Nicole Lefrançois), pour ne nommer que ceux-là, et capturé autant de moments uniques, de couleurs locales et de panoramas familiers ou exotiques.

Outre le dépaysement, les membres du Club photo de Boisbriand explorent également la lumière aux différents moments du jour, comme le font notamment Jacques England, avec Au soleil Levant, et Pierre Thibault, avec Heure Bleue. Ils s’intéressent aussi beaucoup au règne animal, croquant des instants saisissants tels les mouvements vifs d’aigles en chasse (le Triumvirat de Michel Lussier) ou encore l’échange particulier entre une fillette et un ours polaire (Donne-moi un baiser de Nicole Lefrançois). Ils présentent la nature dans sa beauté délicate ou éclatante (notamment Larme sylvestre de Marie-France Falardeau et Que tu es belle! De Josette Girouard), de même que dans sa force brute.

Le côté humain est également bien présent, les photographes sachant capturer l’émotion au bon moment, un regard particulier, une aura. On pense au Trompettiste de la Havane de Serge Gemme, à cette Rencontre intemporelle à Delhi de Serge Ferland ou à cet émouvant Traversier, signé André Carrier.

Impossible ici de citer toutes les œuvres de ces prolifiques photographes amateurs et professionnels, cependant le contenu incroyablement varié de cette exposition annuelle recèle de nombreux clichés marquants, touchants, impressionnants. Et quel qu’en soit son sujet, chaque photo exposée traduit la passion pour son art de celui ou celle qui l’a prise, passion partagée par les membres du Club photo de Boisbriand depuis 1993.

Photographes néophytes ou expérimentés, sachez que seuls la possession d’une caméra et un enthousiasme pour la photo sont requis pour en faire partie. Pour plus d’informations, consultez le [www.clubphotodeboisbriand.org].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top