- PUBLICITÉ -
Équilibre et haute voltige

(Photo Yves Déry)

Équilibre et haute voltige

Tanguay–De Cristofaro

Si la flûte était un sport, alors il serait de la haute voltige, telle une gymnastique où la souplesse extrême est nécessaire à l’équilibre le plus tendu.

Le merveilleux flûtiste Jean-Philippe Tanguay a marché sur un fil avec Fauré, Debussy et Camille Saint-Saëns pour nous faire vivre la vertigineuse élévation de ces compositeurs, mais avec toute l’assurance d’un accompagnement pianistique rigoureux, celui de Nicole De Cristofaro.

C’était donc dimanche dernier, en matinée, alors que le Comité culturel de Sainte-Thérèse faisait salle comble à la maison Lachaîne pour entendre ce duo.

Franz Doppler aussi a été interprété, avec la Fantaisie pastorale hongroise op. 26, de même que Damaré et le Merle blanc op. 191, ainsi que Borne et la Fantaisie brillante sur Carmen et Bolling avec la Suite pour flûte et piano jazz. Et pour saluer tout ce beau monde venu applaudir une musicienne bien connue chez nous, nous avons quitté en fredonnant l’Hymne au printemps, du regretté Félix.

Cette personne si connue des mélomanes de la région, c’est Nicole De Cristofaro qui, en plus de sa formation pianistique, s’avère une grande pédagogue spécialiste de l’enseignement collectif du piano. La musicienne est au centre de la formation musicale intensive de l’école Arthur-Vaillancourt et professeure affiliée à l’école de musique Vincent d’Indy.

Jean-Philippe Tanguay aussi est enseignant, c’est vous dire l’excellence de ces gens qui permettent à vos enfants d’apprivoiser la musique et, parfois comme il en est notamment le cas pour Ève Bourgouin, poursuivre une carrière sur des bases suffisamment porteuses pour se mesurer aux meilleurs et prétendre aux grands ensembles.

Sachez aussi que le flûtiste est engagé par l’Orchestre Symphonique de Montréal et l’ensemble Amati, de même que l’Orchestre des Grands Ballets Canadiens et I Musici de Montréal, en plus des Violons du Roy, et vous aurez compris toute son importance. De la flûte en do au picolo, avec la flûte basse et la traverso alto, Jean-Philippe Tanguay a impressionné de bout en bout dans un concert tout à fait sympathique.

Les brèves et pertinentes présentations des pièces et de leurs compositeurs par le paternel du violoniste ont aussi contribué au charme du spectacle qui réunissait beaucoup de jeunes mélomanes.

Le duo Ava, le 5 avril

C’était exceptionnellement à la faveur des Jeux du Québec que ce spectacle a été donné à la maison Lachaîne, mais l’on reviendra au centre culturel du boulevard du Séminaire, le dimanche 5 avril prochain, pour entendre le duo Ava, nommément Véronique Mathieu, au violon, et Andrée-Anne Perras-Fortin, au piano.

Ces deux musiciennes originaires de Québec et dignes émules du Conservatoire n’ont jamais cessé de se perfectionner, notamment comme invitées puis lauréates des classes de musique de chambre de Lausanne. La violoniste a aussi un diplôme d’artiste de McGill et sa copine pianiste poursuit au doctorat, à Cleveland.

Retenez que le prix d’entrée n’est que de 14 $ en admission générale et que les enfants accompagnés sont admis gratuitement. La prestation d’une heure débute dès 11 heures en matinée. Muffins et café sont servis gracieusement.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top