- PUBLICITÉ -
Énergie rassembleuse à Blainville en fête

Énergie rassembleuse à Blainville en fête

Avec Marie-Mai et Martin Deschamps

C’est sous le signe de la fougue et du rock que s’est déroulée la clôture des festivités annuelles de Blainville en fête. De retour pour la 23e année consécutive, la populaire fête familiale, avec ses manèges, ses spectacles et ses activités variées, a attiré au Parc équestre une foule considérable de spectateurs et de participants enthousiastes et prêts à festoyer en compagnie de Marie-Mai et Martin Deschamps.

Ces derniers étaient précédés sur scène des lauréats de la plus récente édition du concours Blainville en chanson. C’est ainsi que le Shower Band (le guitariste David Lamoureux, le bassiste Maxime Auger et le batteur Jérémie Montreuil) et les chanteuses Roxanne Lapointe et Karla Kramer-Lapointe ont eu la chance de performer pour un large public, réchauffant une atmosphère déjà fébrile.

Car le public, largement composé d’enfants et de jeunes adolescents, attend Marie-Mai avec impatience. Celle-ci débute en force avec Mentir, une version écourtée de son spectacle de la tournée Dangereuse Attraction. Plus décontractée aussi, ce qui sied parfaitement à un concert en plein air, l’énergique chanteuse n’en déplace cependant pas moins d’air, ne tenant pas en place et arpentant le plateau de long en large au rythme de ses nombreux succès. Tu t’en fous, Il faut que tu t’en ailles, Qui prendra ma place et Emmène-moi, durant laquelle une troupe de l’École de danse Suzie Paquette exécute une chorégraphie, se succèdent sans traîner, Marie-Mai électrisant la foule qui ne se fait pas prier pour se laisser aller.

Le segment «discothèque» de sa performance en est d’ailleurs le meilleur exemple, tout un chacun trouvant son compte dans ce medley dansant où elle emprunte aux répertoires d’autres artistes, de Madonna à AC/DC, en passant par Lady Gaga, No Doubt ou Justin Timberlake. On a même droit à quelques primeurs tirées du prochain album de l’artiste, avec Rebâtir notre histoire et Do you, et les applaudissements sont nourris pour saluer la fin de sa prestation.

Et ils le sont tout autant pour accueillir sur scène Martin Deschamps. Le sympathique artiste débute avec Intense, ce qui promet pour la suite des choses! Intense, il l’est en effet, tout comme semble l’être son plaisir de se trouver là, sous les projecteurs, entouré d’un solide orchestre. Avec un sourire inlassable et contagieux, des chansons colorées, un rock cohérent et des guitares pesantes, la performance de Martin Deschamps est rassembleuse. On bouge la tête et on danse sur Ma blonde est tellement, Casanova, Différent ou encore Peace Reggae Love, on s’époumone sur Quand?, on est ravi en entendant les premières mesures de I Wanna Rock and Roll All Night de Kiss.

Pièces d’Offenbach et moments plus doux au piano et à la voix sont aussi au rendez-vous dans ce concert sans temps morts qui laisse une agréable impression de joie de vivre et un indéniable bourdonnement dans les oreilles, alors que l’on se dirige tranquillement sur le site, à la recherche du meilleur emplacement pour admirer le traditionnel feu d’artifice.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top