- PUBLICITÉ -
Du 5 au 13 juillet

François Morency

Du 5 au 13 juillet, au TLG: François Morency, Furieusement Calme

Vingt ans après ses débuts, l’humoriste François Morency débarque avec un nouveau spectacle, son quatrième, intitulé: Furieusement Calme. Et c’est sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx, les 5, 6, 12 et 13 juillet qu’il déballera son tout nouvel attirail.

«J’ai déjà fait le show de façon unplugged une dizaine de fois. C’est-à-dire moi avec un micro», débute-t-il au bout du fil. L’aspect du texte bien rodé, c’est maintenant le temps de déployer le visuel, ce qu’il fera, en toute première, à Sainte-Thérèse. «Un immense écran sera installé sur la scène et, pour la première fois, on expérimentera l’interaction avec le public», se réjouit-il.

Articulé autour d’un thème central, la peur, les siennes, les nôtres, les phobies, la peur du refus, de l’engagement, des préjugés et du vide, le spectacle de Morency se veut à son image: à la fois impulsif et bouillant, dans les bons comme les mauvais moments, mais toujours en contrôle. «Je ne suis pas le genre à péter ma coche, par exemple», ajoute-t-il. Souvent furieux, toujours calme.

Jamais fini

À l’affût de la moindre réaction de son public, celui qui enregistre et réécoute scrupuleusement tous ses spectacles retouche constamment tant le contenu que la façon de le livrer. «Je réécoute ma façon de dire les choses et j’ajuste ensuite, selon la réaction de la foule», soucieux, dit-il, d’offrir le meilleur truc possible à son public. Rigoureux dans son travail, Morency y voit là une marque de respect du milieu et de son public. «Je suis un micro-chirurgien de l’humour», image-t-il.

Comptant au moins 2 000 scènes en carrière, en plus de l’animation radio et de galas, Morency confie que l’aspect le plus difficile de son travail, en ce qui le concerne, demeure l’écriture et tout ce qui suit, le montage du spectacle en tant que tel et le rodage. Parce que ce qui viens ensuite, la scène, c’est la partie heureuse de tout le processus. «C’est facile pour moi de faire trois ou quatre spectacles par semaine», lâche-t-il. C’est donc dire que les dates de spectacles qui se multiplient présentement sur son site Web, au moins jusqu’en 2014, loin de le  stresser, lui procurent somme toute un grand plaisir. «J’ai même mis mon diffuseur Evenko au défi de me brûler. Je ne me plaindrai jamais d’avoir trop de spectacles à faire», lance-t-il.

Pour réserver votre place à Sainte-Thérèse, composez le 450-434-4006 ou visitez le [www.odyscene.com].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top