- PUBLICITÉ -
Dominique Hudson: l’esprit du Sud pour conjurer l'hiver

Dominique Hudson enflammera la scène du Zénith, le vendredi 4 mars.

Dominique Hudson: l’esprit du Sud pour conjurer l’hiver

Il y aura beaucoup de musiciens sur la scène du Zénith. Il y aura de la vie, aussi, des rythmes latinos éminemment percussifs, des danseurs effilés et des danseuses emplumées, bref il ne manquera que l’air salin des Caraïbes. À coup sûr, c’est l’esprit du Sud qui règnera dans cette enceinte occupée pour un soir par le chanteur Dominique Hudson et son spectacle Extra Danza.

Profondément entiché de musique cubaine, Dominique Hudson ne demande qu’une chose, c’est de partager cette passion avec des gens ouverts à entendre des succès d’outre-mer tout autant que des tubes de la pop apprêtés à la sauce latine. «Dans 90 % des cas, les gens reconnaîtront les chansons. Ils pourront chanter et danser avec nous», avise le chanteur.

«Je trouve qu’on n’a pas beaucoup de musique soleil, dans le style de la Compagnie Créole, poursuit-il en faisant le lien avec son enfance, alors qu’il suivait son père qui opérait une disco mobile, de salle en salle. J’étais sur la scène avec lui et ce que je voyais, c’était des gens qui avaient du plaisir. C’est ce que je veux faire, aujourd’hui.»

L’amalgame des cultures

Au Zénith, Dominique Hudson poursuivra son projet Danza (deux albums portent ce titre), lequel est précédé du vocable Extra, manière de dire qu’on y met le paquet, d’autant plus que la majorité des musiciens (cuivres, percussion, basse, claviers, guitares) qui l’entourent sont eux-mêmes cubains, ce qui favorise un amalgame qui plaît au principal intéressé.

De fait, Dominique Hudson ne cherche pas à reproduire cette musique dans sa pureté originelle, mais plutôt de se l’approprier et de lui donner une couleur québécoise. Comment? Ça se fait tout simplement en jouant, dans le dialogue entre les instrumentistes. «On parle d’une fusion de styles. C’est pour ça que je dis que je fais de la pop à saveur latine. Par exemple, on peut entendre un solo de guitare électrique dans une salsa», illustre-t-il.

En fait, le dialogue opère dans les deux sens, si bien qu’on peut entendre des pièces comme Hotel California ou Stanb by me qui font galoper les danseurs de salsa avec le même entrain trémoussant.

La musique qui rend libre

C’est après avoir écumé les bars avec sa guitare de chansonnier que Dominique Hudson s’est un jour retrouvé sur un bateau de croisière, engagé pour chanter la pomme aux touristes qui se baladaient sur la mer des Caraïbes. C’est là qu’il aura eu des rencontres marquantes avec des musiciens cubains. «J’aime leur façon de vivre la musique et la danse, dit-il. C’est leur seule façon d’être libres.»

Il a tellement aimé, en fait, qu’il s’efforce depuis de faire connaître cette culture musicale tellement différente de la nôtre, jusque dans la rythmique guitaristique. «Ils sont tellement bons, précis et pointilleux que ça devient parfois complexe. Il faut que je fasse attention quand je joue. J’ai appris d’une manière qui ne cadre pas toujours avec la leur. Si je joue ma rythmique à l’envers, mon chef peut me chicaner en plein show!», s’exclame Dominique Hudson, glissant au passage qu’il a acquis, avec fierté, le respect de ses camarades de scène. C’est le fruit du désir de s’approprier la chose et de la partager qui a fait le travail, dit-il.

L’énergie du public

Le plaisir d’être sur la scène avec ce groupe fait évidemment le reste, si bien qu’il n’y a guère eu de metteur en scène, en amont d’Extra Danza, un spectacle organique qui prend forme et se transforme dans un autre type de dialogue, celui que les artistes entretiennent avec le public. L’énergie des uns nourrira l’autre, et vice-versa. La durée même du spectacle et des chansons qui le meublent seront mus par cette même énergie intuitive et par des séquences totalement improvisées qui font atterrir sur la scène, une chanson qu’on n’avait pas invitée au départ, qu’on démontera devant vous pour la remonter autrement.

«C’est notre show qu’on présente aux gens, mais ça devient leur show quand on leur donne», termine l’artiste. Domnique Hudson sera au Zénith, à Saint-Eustache, le vendredi 4 mars à 20 h, Information : 450-485-0848 ; billetterie@lezenithsteustache.ca; [www.lezenithsteustache.ca].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top