- PUBLICITÉ -
COVID-19, culture, aide gouvernementale, Odyscène, Petit Théâtre du nord, Nathalie Roy, MRC de Thérèse-De Bainville,

Malgré la tourmente, la directrice générale et artistique du diffuseur Odyscène, Chantal Lamoureux, demeure optimiste.

De l’incompréhension… et un certain soulagement

De l’aide pour le milieu culturel

Le milieu culturel était littéralement sous le choc, la semaine dernière, après l’annonce conjointe du gouvernement du Québec et de la direction de la Santé publique, à l’effet que le Grand Montréal se retrouvait désormais en zone rouge. Les salles de spectacles, les cinémas, les musées et les bibliothèques se voyaient directement touchées par des fermetures annoncées jusqu’au 28 octobre, dans le meilleur des scénarios.

Il suffit de parcourir le Web d’un site à l’autre pour constater que la liste des événements reportés ou tout simplement annulés continue de s’allonger, alors qu’on s’était remis à croire (prudemment, tout de même) à une certaine reprise.

Odyscène mise sur novembre

«C’est incompréhensible. Les artistes étaient prêts, le public était prêt, nos lieux et nos équipes aussi. Nous avons tout fait pour que l’expérience soit agréable et surtout sécuritaire selon les normes de la santé publique. Chose certaine, ce n’est que partie remise», réagissait la directrice générale et artistique du diffuseur Odyscène, Chantal Lamoureux. On a donc choisi de faire confiance à l’avenir, d’où cette bannière On rallume les projecteurs dès le 6 novembre! qu’on a vu apparaître sur ses différentes plateformes.

Des propositions s’affichent, notamment en humour (Rachid et sa bande, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Le projet Parallèle, Dominic et Martin, Guillaume Wagner) et en théâtre, avec la pièce Zebrina, une pièce à conviction, un solo interprété par Emmanuel Schwartz.

Ces spectacles seront présentés au Théâtre Lionel-Groulx, devant un maximum de 226 spectateurs, dans une configuration respectant les règles de distanciation, assure-t-on.

Aide gouvernementale

Vendredi dernier, la ministre de la Culture, Nathalie Roy, a rassuré un peu tout le monde en annonçant un effort supplémentaire de 50 millions de dollars pour le milieu culturel, une aide qui concerne les arts de la scène et qui touchera notamment les diffuseurs, les organismes qui produisent des spectacles et les festivals.

En résumé, toutes ces entités pourront bénéficier d’un montant équivalent à 75 % des revenus anticipés (en se basant sur les recettes des dernières années), sur la période comprise entre le 1er octobre 2020 et le 31 mars 2021. Cette aide permettra alors d’honorer tous les contrats signés avec les artistes et les artisans de la scène.

«C’est une lueur au bout du tunnel, reprenait Chantal Lamoureux. Ce soutien additionnel va nous permettre de maintenir le lien entre les artistes et notre public. C’est une reconnaissance qui fait du bien, mais surtout qui va nous permette de tenir le coup jusqu’en mars prochain.  Notre milieu a été durement touché par la pandémie. Les revenus d’Odyscène ont chuté de plus de 80 %. Nos équipes techniques et de service sont sans travail depuis mars dernier. Il est urgent qu’on rouvre nos portes. Merci au gouvernement de reconnaitre notre rôle essentiel dans le maillon création-production-diffusion, car c’est dans à nos lieux que la magie opère.»

Même son de cloche du côté du Petit Théâtre du Nord (PTDN), qui devait inaugurer, fin juin, une toute nouvelle salle de création, aménagée à son intention par la Ville de Boisbriand. «Nous saluons l’appui financier du gouvernement envers le milieu théâtral. Et nous espérons pouvoir vous retrouver en bonne santé, chers spectateurs», exprimait la direction du PTDN, sur sa page Facebook, lundi en début d’après-midi.

Bibliothèques, cinémas, musées

Lors du point de presse de la ministre Roy, on précisait, par ailleurs, que les mesures d’aide aux entreprises annoncées la veille par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, s’appliqueraient aux cinémas et aux musées, qui doivent aussi demeurer fermés jusqu’au 28 octobre. Quant aux bibliothèques, après avoir aussi annoncé leur fermeture, on a légèrement corrigé le tir en précisant qu’elles pourraient demeurer ouvertes, exclusivement pour offrir un service de prêt sans contact.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top