- PUBLICITÉ -
De Gym-Plus au Cirque du Soleil

De Gym-Plus au Cirque du Soleil

Du rêve à la réalité

La Boisbriannaise Fanny Laneuville-Castonguay a connu une glorieuse carrière dans le monde de la gymnastique. Son talent indéniable a été remarqué et voilà qu’elle fait partie du spectacle Saltimbanco du Cirque du Soleil. Même si elle a dû patienter et travailler fort pour y arriver, elle l’avait prédit à sa mère, à l’âge de 5 ans.

«C’est une coïncidence, mais à l’âge de cinq ans, j’ai assisté au spectacle Saltimbanco avec ma mère et je lui avais dit qu’un jour, je ferais ce spectacle», relate Laneuville-Castonguay.

Elle n’avait pas revu un spectacle du Cirque du Soleil jusqu’à il y a environ cinq ans, et c’était encore une fois Saltimbanco. Le destin fait si bien les choses parfois.

De la patience et beaucoup de travail

C’est lors de son dernier Championnat canadien, il y a deux ans, que la Boisbriannaise a vu son rêve devenir une possibilité. Elle a été approchée et on l’a conviée à une audition.

Elle n’avait pas eu de retour, mais elle n’allait pas baisser les bras pour autant. Elle a entrepris des démarches pour s’inscrire à l’École de cirque de Québec.

Après avoir envoyé sa demande et avoir été acceptée, elle reçoit un appel du Cirque du Soleil et on lui demande de se rendre à Montréal pour entamer une formation.

Cinq mois plus tard, elle prend la route d’Hawaii pour rejoindre la troupe du spectacle Saltimbanco et ainsi se familiariser avec le spectacle.
«Tranquillement, ils intègrent les nouveaux au spectacle, a-t-elle indiqué. Au départ, je jouais les figurants et maintenant, je suis dans deux numéros et j’en prépare un troisième.»

Elle est la figure de proue de la balançoire russe. «Je suis propulsée dans les airs et je dois réussir un salto arrière groupé et atterrir sur un bout de bois moins large qu’une poutre», a-t-elle expliqué.

Ce bout de bois est maintenu par deux gars qui eux, se retrouvent sur les épaules de deux autres gars. Ceux-ci lui donnent un autre élan et elle doit effectuer deux saltos arrière tendus pour arriver sur un matelas.

Elle est également du numéro des mâts chinois, où elle doit, par la force de ses bras, se maintenir perpendiculaire à un poteau tout en faisant des figures.

Elle a deux essais pour réussir à la balançoire russe. Elle n’a raté son coup qu’à deux reprises et chaque fois, une amie était dans les gradins. «C’est plate, mais c’est ainsi, a-t-elle dit en riant. On se relève et le spectacle continue.»

Ses parents feront le voyage prochainement pour aller voir les prouesses de leur fille.

Tampa Bay avant l’Europe

De passage chez elle pour trois semaines, elle vient tout juste de reprendre la route pour Tampa Bay, où le spectacle recommencera.
«C’est vraiment spécial de faire partie du plus vieux spectacle du Cirque du Soleil qui roule encore. On fera la 5 000e représentation prochainement», d’ajouter Laneuville-Castonguay.

Pour sa part, elle en est à 200 spectacles, mais ce n’est pas fini puisque la troupe déménagera ses pénates en Europe pour continuer la tournée. Malheureusement, le spectacle ne devrait pas revenir au Québec. Il faudra donc voyager pour la voir à l’œuvre, mais prévoyez le coup d’avance, la salle est souvent remplie.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top