- PUBLICITÉ -
Conversation autour d’un Grand calosome

Photo Claude Desjardins - Martin Kersmaekers avec quelques-uns de ses tableaux peints à l’acrylique. On aperçoit également un tableau de type «doodle», peint par Lyse Charbonneau.

Photo Claude Desjardins - Accrochez ce Grand calosome vert dans votre salon, suggère Martin Kersmaekers, et vous ne serez jamais à court de sujets de conversation…

Conversation autour d’un Grand calosome

Martin Kersmaekers

Il ne se voit sans doute pas comme tel, mais Martin Kersmaekers (prononcez monsieur Martin) a tout de l’original. L’allure, le verbe coloré et une passion assumée pour les insectes qu’il vénère au point de les fixer sur la toile, d’en faire l’unique sujet d’une production picturale principalement destinée à délier les langues et attiser la curiosité.

«Tu accroches ça au mur de ton salon et les gens vont te demander pourquoi. C’est assez pour lancer la conversation» , suggère ce biologiste de profession (qui a aussi fait l’école de peinture dans sa Belgique natale) et qui, depuis ses jeunes années de scoutisme, passait le plus clair de son temps à parcourir les bois et les champs pour se trouver aux premières loges du grand spectacle de la nature, qui transportait ses boîtes d’insectes à la rencontre des gens partout où ses jambes le portaient, qu’on invitait régulièrement à faire des exposés, tant à l’Insectarium de Montréal que dans les écoles ou les parcs… jusqu’à ce que la maladie gâche tout.

Au centre de la vie

Pour faire une histoire courte, disons qu’un cancer de la vessie et de multiples opérations, en 2011, ont considérablement réduit la mobilité du monsieur et totalement bousillé son moral. «Du jour au lendemain, je ne pouvais plus rien faire. J’ai vendu ou donné toutes mes collections. J’ai fait une dépression canon» , résume-t-il. Autrement dit, en lui «coupant» les jambes, on a aussi coupé tous les ponts avec cet univers qui constituait le centre de sa vie.

Au centre de cette vie, heureusement, se trouvait aussi (et se trouve toujours) Lyse Charbonneau, son épouse (son diamant, son 24 carats, sa perle, son bijou, en un mot la plus merveilleuse femme du monde) elle aussi artiste-peintre, qui a suggéré à son impressionniste de mari de troquer sa spatule pour un pinceau et de peindre au moins un insecte. L’exercice fut tout bonnement salvateur. Quand on n’a pratiquement plus le goût de vivre, ça ne saute pas nécessairement aux yeux. C’est pourtant ce qui s’est produit et monsieur Martin est revenu à la vie.

Le voici donc, à 82 ans, heureux comme un petit garçon, peignant des insectes en s’attardant aux fins détails des pattes, des antennes et des mandibules, aux couleurs particulières aussi, illustrant des spécimens qu’il représente non pas dans leur habitat naturel, mais sur des surfaces monochromes, sans doute par atavisme d’entomologiste, comme s’il les avait épinglés là, en mettant l’éclairage là où il faut.

L’équilibre de la nature

Et il parle. Sans cesse. Martin Kersmaekers est une encyclopédie vivante (pensez, un insecte troglobie porte même son nom), un écologiste invétéré qui reproche à d’autres de ne vouloir protéger que les arbres et les cours d’eau. «Il faut voir plus petit que soi» , dit-il en se lançant dans l’apologie de ces créatures qui ont tendance à nous rebuter, mais qui jouent un rôle fondamental dans l’équilibre de la nature.

Ainsi, avec un minimum de connaissances, suggère-t-il, on peut organiser son jardin sans jamais avoir recours au moindre pesticide. Suffit de planter telle plante qui attire des oiseaux insectivores, lesquels lèveront toutefois le nez sur un type d’insecte qui se nourrira des limaces qui s’attaquent ordinairement à vos salades. Quand on y pense, on ne voit jamais personne arracher les mauvaises herbes ou épandre quoi que ce soit dans les bois. La nature sait prendre soin d’elle-même quand on ne l’attaque pas.

Les insectes, par ailleurs, peuvent se mettre au service de la police ou de la médecine (des guêpes sont utilisées pour soigner l’arthrite, par exemple), certains produisent une soie avec laquelle on fait du fil à pêche, bref, quand on s’y penche, ce monde révèle ses multiples caractéristiques et des histoires fascinantes qui participent au cycle de la vie.

Les insectes au service de l’amour aussi, puisque Lyse Charbonneau, qui portait davantage des vêtements de designer de mode et de bijoux avant de le connaître, a mis un jour ses jeans et ses bottes pour suivre son beau Martin dans la nature, à la cueillette de spécimens à six ou huit pattes.

Tous deux présentent quelques-uns de leurs tableaux (elle crée des univers expressionnistes et des «doodles» ) sur un petit bout de mur loué à la galerie Beaux Cadres, sise au 72, rue Saint-Louis, à Saint-Eustache.

 

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Metro Rosemere
- PUBLICITÉ -
Top