- PUBLICITÉ -

Ed Skrein, dans le rôle de Dick Best, et Luke Kleintank, dans le rôle du lieutenant Clarence Earl Dickinson, font partie de la distribution de ce film relatant un grand épisode de la Seconde Guerre mondiale.

Midway: Un long métrage impressionnant et réaliste

Lisez la critique de Sébastien Trottier sur un film qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma. Cette semaine: Midway.

Le cinéaste Roland Emmerich (La porte des étoiles, Le jour d’après, 2012), expert dans les blockbusters, apporte au grand écran sa vision des événements qui se sont passés à Midway durant la Seconde Guerre mondiale, en tentant de nous faire oublier sa précédente production Independence Day: Résurgence.

Débutant lors de l’attaque de Pearl Harbor, les États-Unis doivent intervenir et tenir tête à l’empire du Japon. La Marine relève ses manches et déchiffre que l’affrontement immédiat se fera sur une petite île isolée du Pacifique Nord: Midway.

Trois points de vue différents

Évitant le patriotisme américain, le scénario remémore ce pan de notre histoire de trois points de vue différents afin de respecter les faits. Premièrement, via le USS Enterprise et ses pilotes d’avion, suivi par les responsables du déchiffrement des messages secrets de la marine, et via les forces japonaises.

Même si on dénote une légère romance, elle n’est jamais envahissante. Le récit mise davantage sur l’action, les sensations fortes et le côté dramatique de la tragédie. Les séquences de combats navals et aériens sont esthétiquement spectaculaires, et de reproduire des batailles comme celles présentées n’aurait pas été possible sans les effets spéciaux. Le metteur en scène est devenu un maître dans ce domaine, permettant d’avoir des segments d’un réalisme étonnant. Les avions en chute libre au regard de l’aviateur, les balles sifflant autour d’eux, en larguant des bombes sur des bateaux ennemis, sont tout à fait saisissants.

Le long métrage profite également du talent de ses acteurs. Au premier plan, on retrouve Ed Skrein (Maléfique: Maîtresse du mal, Deadpool) sous les traits de l’héroïque Dick Best, qui n’hésite pas à voler dangereusement. La distribution secondaire n’est pas à envier grâce à Dennis Quaid (Le vol du phénix, Mes vies de chien) personnifiant le vice amiral William ‘Bull’ Halsey, une de ses meilleures performances depuis longtemps, Woody Harrelson (Solo: Une histoire de Star Wars, Zombieland), est splendide en interprétant l’amiral Nimitz, Patrick Wilson (la série télé Fargo, Aquaman) dans le rôle de l’officier du renseignement Edwin Layton, et Luke Evans (La Belle et la Bête) jouant le lieutenant-commandant Wade McClusky.

La semaine prochaine, il sera question du film Charlie et ses drôles de dames.

D’ici là, visitez le site [cine-techno.com] afin de consulter les critiques cinéma, jeux vidéo et technologiques.

Ma note: 8/10

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top