- PUBLICITÉ -
Christian Sbrocca rêve déjà de supplémentaires

Christian Sbrocca sera sur la scène de l’église Sacré-Cœur, ce 22 janvier.

Christian Sbrocca rêve déjà de supplémentaires

À l’église Sacré-Cœur, ce 22 janvier

Repéré lors de sa rentrée montréalaise, en mai dernier, par une fan travaillant au Théâtre Lionel-Groulx, Christian Sbrocca a rapidement répondu à l’invitation et se produira, ce vendredi 22 janvier, à compter de 20 h, sur la scène de l’église Sacré-Cœur, à Sainte-Thérèse. Or, les billets s’étant rapidement tous envolés, le jeune auteur-compositeur-interprète rêve déjà de supplémentaires. «J’aimerais tellement pouvoir "booker" d’autres dates chez vous», a-t-il lancé, à quelques jours seulement de ce premier spectacle dans la région.

Si le nom Sbrocca ne vous est pas familier, il n’en demeure pas moins que sa feuille de route impressionne, tant par sa diversité que l’abondance des réalisations qui y figurent. «Je suis un passionné de musique. J’ai commencé à gratter la guitare à 14 ans et j’en aurai 36 le 22 janvier prochain», relate-t-il.
À preuve, ses quatre albums, dont le dernier, L’opinion des autres, lancé en 2008, et ses nombreux spectacles, tant au Québec qu’en Europe et aux États-Unis. Christian Sbrocca écrit aussi pour les autres, notamment Marie-Chantal Toupin, pour qui il a entre autres signé La guerre est finie, et Annie Villeneuve, avec qui il a coécrit Rêve encore, une chanson qui devrait, selon lui, se hisser à la tête des palmarès, l’été prochain. «Cette chanson est très différente du reste de l’album d’Annie. Elle fait très été. En fait, elle me ressemble beaucoup», expose-t-il.

C’est aussi à Sbrocca qu’on doit la chanson thème du film Elles étaient cinq. Une chanson qu’il a écrite et lui-même interprétée. Travaillant présentement sur l’album anglophone de Marie-Lou, c’est aussi Sbrocca qui signera la mise en scène de la revue musicale Beatles Story qui prendra prochainement l’affiche au Théâtre Saint-Denis, au Capitole de Québec et à l’Odyssée de Gatineau.

Spectacle intimiste

Présenté en version minimaliste, le spectacle de Sbrocca aura comme toile de fond les chansons anglophones et francophones de ses quatre albums. «L’anglais est ma première langue. D’ailleurs, mon premier album, c’est en anglais que je l’ai fait», précise-t-il.

Verbomoteur et manifestement passionné par ce qu’il fait, Christian Sbrocca a beaucoup de choses à dire et à faire. Insatiable et travailleur infatigable, il espère que son spectacle saura toucher le cœur des gens. Plus d’information sur sa carrière, sa musique et ses spectacles à venir au [www.christiansbrocca.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top