- PUBLICITÉ -

Walter Appleduck: Cow-boy stagiaire (Dupuis).

Le bédéiste et peintre argentin Liniers a réalisé l’affiche de cette huitième édition du FBDM.

Bulles à lire: Walter Appleduck et le FBDM

Lorsqu’on aspire à exercer un métier, il faut, bien sûr, aller aux études pour en apprendre les rudiments et, en guise de préparation ultime, effectuer un stage pour se familiariser sur le terrain même dudit métier. Et c’est ce que le jeune Walter Appleduck, étudiant en «master cow-boy», également cultivé, poli et bien éduqué, s’apprête à faire lorsqu’il se présente auprès du shérif de Dirtyoldtown pour son stage. Comme il le verra assez vite, la réalité est toute autre de celle que l’on décrit dans les manuels d’école.

Le shérif de la «charmante bourgade», qui ne se rappelait d’ailleurs pas de l’arrivée de ce stagiaire, et son adjoint Billy vont donc le prendre en charge pour le meilleur et pour le pire. Il y aura, entre autres leçons, l’art du duel à pistolet, comment vivre et respecter les Indiens, la pendaison des criminels, l’égalité entre les sexes en politique, la (fausse) attaque de la diligence par de (faux) Indiens, la presse voyeuriste et la bonne rémunération des artistes. Mais Walter Appleduck et son mentor n’ont souvent pas la même conception de certains concepts, comme, par exemple, la façon d’impressionner Miss Rigby, dont Billy est fou amoureux sans oser déclarer sa flamme.

Tout cela est compilé dans le «rapport» de stage que constitue le premier album de la nouvelle série «Walter Appleduck», intitulé Cow-boy stagiaire (Dupuis). La série est signée par le scénariste Fabcaro, qui oscille depuis une douzaine d’années entre autobiographie et humour absurde, et le dessinateur Fabrice Erre, qui lui participe régulièrement à des revues de bande dessinée comme Fluide glacial, La Revue dessinée et Spirou.

Si le scénariste Fabcaro n’hésite pas à dire que c’est là «l’album le plus drôle que j’ai jamais lu», force est d’admettre que ces 10 leçons de stage toutes absurdes et désopilantes, parsemées de clins d’œil à la société d’aujourd’hui, ont de quoi faire sourire.

Ne reste qu’à espérer que le jeune Walter Appleduck saura, maintenant après ce stage d’un mois, se trouver un boulot de cow-boy…

Le Festival BD de Montréal

C’est cette semaine que se déroule le Festival BD de Montréal (FBDM) qui aura lieu plus précisément du vendredi 24 au dimanche 26 mai prochains, à L’Espace La Fontaine, à Montréal. Au programme durant ces trois jours: plus de 160 bédéistes sur place, 60 activités de toutes sortes, 10 expositions et 4 événements spéciaux. C’est Liniers, bédéiste et peintre argentin, qui a réalisé l’affiche de cette huitième édition du FBDM. Ce dernier ne pourra cependant être présent à Montréal en raison d’un conflit de travail.

Le FBDM débutera incidemment avec la remise, vendredi soir, à partir de 20 h, des prix BÉDÉLYS qui récompenseront pour une 19e année, et cela dans quatre catégories, les meilleures bandes dessinées francophones parues et diffusées au Québec.

Encore cette année, le FBDM se veut un événement tout public bilingue, écoresponsable et toujours gratuit. Pour en savoir davantage sur la programmation et les activités qui s’adressent à tous, il suffit de consulter dès maintenant le nouveau site Web du FBDM, à l’adresse [www.fbdm-montreal.ca].

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top