- PUBLICITÉ -
Ange et diablesses

Ange et diablesses: Au plus haut des cieux (Dupuis)

Ange et diablesses

Le paradis et ses anges, l’enfer et ses diables, voilà deux mondes qui ont, de tout temps, fasciné les humains, qu’ils soient croyants ou non. Et ils ont été nombreux les auteurs à mettre en scène ces deux mondes et leurs protagonistes dans des romans, scénarios de film ou encore des histoires de bande dessinée. Dans ce dernier cas, les amateurs se souviendront très certainement de la série Arkel, parue dans les années 1980, d’abord dans les pages du journal Spirou et dont les premiers titres ont été édités par Dupuis, puis par la maison d’édition Palombia. En tout, donc, trois titres et un quatrième amorcé en 1984 et qui devait paraître... en 1986. Arkel était, rappelons-le, un ange gardien blondinet affrontant les hordes démoniaques de l’Enfer (appelé ici l’Envers) armé d’une sorte de sabre de laser croisé avec une tronçonneuse...

Vingt-cinq ans plus tard, le scénariste Stephen Desberg et le dessinateur Marc Hardy ont décidé de reprendre cette série chère à leurs yeux, en complétant d’abord le récit inachevé intitulé d’abord Estelle, mais qu’ils ont choisi d’intituler, en bout de ligne, Au plus haut des cieux. La série change également de nom et devient Ange et diablesses. Également, les deux auteurs nous proposent de découvrir immédiatement le deuxième titre de leur (nouvelle) série, celui-là ayant pour titre La nuit du grand Bouc (Dupuis) et qui nous permet de découvrir le graphisme de Hardy, version années 2000.

Les nostalgiques retrouveront ici avec plaisir l’ange Arkel tentant de sauver son amie d’enfance Estelle, déchue du paradis. Les autres retrouveront ici une série qui se déroule dans un univers bizarroïde où anges et démons s’affrontent… sans que les humains en soient conscients. Beaucoup d’action en perspective! Que demander de plus?

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top