- PUBLICITÉ -
Breen Lebœuf, d’Offenbach à April Wine

April Wine promet une soirée mémorable à son public, le 27 janvier au TLG.

Breen Lebœuf, d’Offenbach à April Wine

April Wine au Théâtre Lionel-Groulx, le 27 janvier

Groupe phare du rock canadien, April Wine n’a jamais cessé de sillonner les routes de l’Amérique du Nord depuis sa création, en 1969. Une énorme tournée qui dure depuis plus de 40 ans et qui s’arrêtera, le temps d’un soir, à Sainte-Thérèse, le 27 janvier prochain.

À son bord, le groupe compte un membre de la première heure, nommément Myles Goodwyn, et d’autres plus récents, comme Brian Greenway, depuis 1977, Blair Mackay, depuis 2009, et Breen Lebœuf, qui entamera ces jours-ci sa cinquième année avec le groupe.

«Il y a encore une très grande demande pour April Wine. On fait environ 60 shows par année et plusieurs sont sold out. Cette année, c’est assez exceptionnel parce qu’on commence l’année avec quatre shows au Québec», nous racontait ce dernier au bout du fil, quelques jours avant de reprendre la tournée. D’abord à Sherbrooke, puis Belœil, Sainte-Thérèse et L’Assomption.

Le groupe se produira ensuite sur plusieurs scènes en Ontario, avant de revenir à Trois-Rivières, le 21 mars, pour ensuite repartir dans l’Ouest canadien, terre natale de son premier public. «Depuis les débuts du groupe, ça marche très fort dans l’Ouest canadien», ajoute le bassiste.

D’Offenbach à April Wine

Membre du groupe culte Offenbach pendant plusieurs années, Breen Lebœuf a été invité à se joindre au groupe April Wine au début de l’année 2007. «Je savais que le groupe cherchait un bassman chanteur. Quand Jerry Mercer, le batteur du groupe, m’a demandé de remplacer le bassiste, j’ai tout de suite dit ‘oui’», évoque-t-il.

Il faut dire que l’histoire d’amitié entre les deux hommes, Mercer et Lebœuf, remonte à loin. Précisément en 1980, se rappelle-t-il, alors que Mercer avait accepté au pied levé de remplacer le batteur du groupe Offenbach, le temps d’une dizaine de shows. «Il avait eu 24 heures pour apprendre deux heures de show», ajoute-t-il. Depuis, entre les deux hommes, l’amitié perdure, malgré la retraite de Mercer, en 2008, après 35 ans de vie commune avec April Wine. L’ex-batteur du groupe célébrera d’ailleurs ses 72 ans en avril prochain.

Les similitudes qui existent entre Offenbach et April Wine aussi ont penché dans la balance pour Lebœuf, au moment de prendre sa décision. «Toutes les familles se ressemblent un peu, mais sont quand même différentes. C’est la même chose pour les deux groupes», avance-t-il. Parmi les similitudes figure certainement en tête de liste l’historique derrière chaque groupe. «Dans les deux cas, c’est une histoire d’amour entre le groupe et son public. Même si April Wine a toujours bénéficié d’un support radiophonique beaucoup plus grand qu’Offenbach. Il faut dire que Gerry (Boulet) n’aimait pas particulièrement les médias», se souvient-il.

Reste que quatre décennies plus tard, April Wine assure toujours avec autant de fougue et débarquera à Sainte-Thérèse avec l’intention ferme de servir à son public une soirée mémorable, enrobée d’un soupçon de nostalgie digne du meilleur rock des années 1970 et 1980. «Notre objectif premier, c’est de rendre justice à April Wine et à sa musique. Mais ça n’exclut pas qu’il y aura peut-être des petites surprises», dévoile tout de même volontiers Lebœuf en fin d’entrevue.

Pour réserver vos billets, composez le 450-434-4006 ou tapez le [www.theatrelg.com].

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top