- PUBLICITÉ -
Ben et Jarrod à poil

Les humoristes Ben et Jarrod en Brigitte et Christian.

Ben et Jarrod à poil

Ils commencent leur spectacle tout nus et finissent à poil, mais entre leurs élans exhibitionnistes, Ben et Jarrod revêtent les habits loufoques d'une galerie de personnages tous plus déjantés les uns que les autres.

C’était samedi dernier, au Théâtre Lionel-Groulx, devant un auditoire qui réagissait au quart de tour à un spectacle à la mécanique bien huilée.

Mais, avant même cet opus de nudité, les deux humoristes accueillent leurs spectateurs dans la salle, déguisés en personnages de Steves’tie, un bègue au discours catastrophique, ainsi qu’en agent de sécurité qui annonce le danger avec son porte-voix.

Sans doute connaissez-vous leur numéro des deux rappeurs de Bromont qui ouvre le spectacle, parce qu’il a marqué le festival Juste pour rire, mais encore faut-il être témoin des élucubrations des mafiosi, des deux inénarrables mimes comme des sommeliers au vin très sympathique, avec en prime quelques pas de danse en ligne des frères Greg et Stue, nouvelles coqueluches des marchés aux puces.

N’oublions pas les deux pingouins, dont l’un envisage de déménager à Pittsburgh après la fonte des glaces. Il paraît que certains congénères y font des salaires de millionnaires.

Ajoutez l’incohérent couple de Brigitte et Christian ainsi que deux astronautes qui ont oublié les clés dans la navette, et le compte est complet.

Ils se présentent très justement comme «personnagistes» et toute la force de leur humour réside dans la composition de ces êtres improbables auxquels ils donnent aussi de fort joyeuses répliques.

Ben et Jarrod se retrouvent donc dans le registre des Ding et Dong avec les Denis Drolet, c’est-à-dire un humour absurde, très théâtral, avec des scènes qui reviennent parfois en boucle, au fil de la représentation.

Il faut savoir que tous deux ont fait l’École de l’humour, mais dans des cohortes différentes, Jarrod en 1999 et Ben en 2003, et c’est en 2004 qu’ils se sont croisés sur scène pour fonder ce duo vraiment solide.

La complicité des humoristes donne un rythme infernal au spectacle et l’on sent qu’ils se sont pleinement investis dans leurs personnages pour leur donner une vie aussi intense, avec un caractère absolument jouissif.

Ils s’amusent beaucoup avec leurs personnages et leur bonheur de jouer est communicatif. Et le public est fortement interpellé par l’énergie des deux zigotos qui ne semblent reculer devant rien pour trouver le gag le plus fou, dans la situation la plus incroyable.

Il y a peu de duos humoristiques au Québec (Dominique et Martin s’ajoutent à ceux susnommés); or voilà que Ben et Jarrod viennent de faire monter l’intérêt pour la formule.

Peter McLeod, le 23 février

Avec Sagesse reportée, Peter Mcleod signe son quatrième spectacle, lequel gravite autour de sa nouvelle réalité d’homme de quarante ans et la sagesse qui devrait s’ensuivre.

Mais quiconque connaît l’humoriste s’attend à une vision plutôt caustique de l’état des lieux avec tous les gags les plus crus pour imager sa nouvelle réalité d’homme mûr.

Ce sera encore une fois dans la grande salle du Théâtre Lionel-Groulx et l’on compose le 450-434-4006 pour réserver son siège.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Daigle
- PUBLICITÉ -
Top