- PUBLICITÉ -
Attention! Artistes au travail

Photo Yves Déry

Attention! Artistes au travail

Collège Lionel-Groulx

Voilà la mise en garde avec laquelle nous accueille la cohorte 2011 du programme d’Arts plastiques du collège Lionel-Groulx, depuis le vernissage du 20 mai jusqu’au 29 du même mois.

Sous le thème du chantier, les 66 finissants présentent le fruit de leurs deux ou trois années passées à apprendre, maîtriser, peaufiner, découvrir, créer. En collaboration avec la Maison Lachaîne et Praxis Art Actuel, l’exposition ultime des finissants propose ainsi au public un petit circuit artistique à parcourir tout en permettant aux étudiants d’exposer dans un cadre autre que celui du collège.

En furetant dans les corridors et les locaux du département d’arts plastiques, de même que dans le carrefour étudiant, envahis par des projets artistiques de natures variées, l’on dénote deux tangentes prises par les étudiants. D’un côté, ils s’engagent, prenant position dans des débats environnementaux ou sociaux, ou alors ils explorent leur inconscient, leurs souvenirs, leur perception d’eux-mêmes.

Le «projet flashback» se fait souvent douloureux, cathartique plutôt que nostalgique, bien que de nombreux carrousels peuvent être aperçus, symboles de l’enfance envolée. Les artistes se représentent également parfois nus, autoportraits vulnérables ou provocateurs, abordant souvent le thème de la beauté, des apparences.

Dans un autre ordre d’idées, la cruauté envers les animaux est un sujet récurrent dans les travaux exposés, notamment dans le percutant Humains/Animaux de Dannick Cheff et Marie-Pier Perreault. Dans cette installation multidisciplinaire, les têtes des deux artistes sont suspendues, façon chasse et pêche, au-dessus d’un foyer, dans lequel se succèdent des images illustrant des parallèles, parfois comiques, mais le plus souvent perturbants, entre les conditions humaine et animale.

On remarque aussi une volonté de se détacher de l’esclavage de la technologie, de la surcharge d’information, comme en témoignent plusieurs pièces exposées. Le passage du temps, l’introspection ou encore l’abstraction et la beauté pures et simples, l’étude des courbes ou des angles, le métissage des médiums et des techniques sont encore une fois à l’honneur, de même que l’ingéniosité qu’impose le «projet récupération».

Ce dernier doit être composé de matériaux de récupération auxquels les étudiants doivent insuffler une nouvelle vie insoupçonnée, Les méduses d’Ariane Desjardins en sont un exemple judicieux. Peinture, sculpture, installations (parfois interactives), multimédia, les formes que prennent les œuvres sont aussi diverses que les matériaux et techniques utilisés, et gages de beaucoup de créativité dans les contraintes parfois imposées par le cadre académique.

La Maison Lachaîne abrite quant à elle le projet collectif des 66 finissants, pour lequel chaque étudiant devait produire son autoportrait à l’aide d’une feuille de gypse pour un résultat personnel et ludique. Chez Praxis, voyez de multiples installations mises en valeur par l’espace de la galerie d’art.

Amateurs d’art, l’exposition des finissants en arts plastiques est un rendez-vous à ne pas manquer, de même qu’une occasion en or d’encourager la relève artistique des Laurentides, et ce, jusqu’au 29 mai prochain.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top