- PUBLICITÉ -
Arts visuels: qui est ce Charlem qu’on connaît si bien?

Charlem expose à la maison Garth jusqu’au 19 mai.

Arts visuels: qui est ce Charlem qu’on connaît si bien?

Impressionniste, surréaliste, déconstructionniste ou symboliste? Essayez donc d’enfermer un esprit libre et mettre Charlem Lepeintre dans une case. Il est l’un de nos préférés pour son talent et l’animateur culturel en lui contribue largement à son succès.

C’est pourquoi nous ne saurions trop vous encourager à aller voir ses toiles, à la maison Garth, et pour qui la narration des tableaux s’avère une dimension importante, ceux-là ne pourront que prendre plaisir à en discuter avec leur auteur. Sans doute l’écrivain en lui a-t-il son mot à dire, même en peinture.

C’est avec étonnement que nous constations toutes les traces formelles de sa pensée dans ces images très impressionnantes, oniriques et tellement réalistes à la fois, pour peu qu’on s’y attarde.

Le mouvement est fort et les images suivent cette impulsion avec des coloris toujours expressifs; l’énergie est une constante dans son travail artistique.

Les amateurs connaissent bien ses grandes murales, mais de petits formats sont tout aussi intéressants et chaque pièce de la maison Garth mériterait une exposition soliste.

La diversité de ses inspirations caractérise chacune des pièces avec des toiles qui procèdent d’une époque ainsi qu’une esthétique précise, quoique l’ensemble de ce que vous verrez au 100, de la Grande-Côte, jusqu’au 19 mai, finit par cerner le style Charlem, et c’est pourquoi cette exposition soliste est importante.

Avis: Si vous y allez avec les enfants, sachez qu’il y a une petite pièce pas du tout pour eux, d’ailleurs dissimulée par un rideau à la manière des sections adultes des clubs vidéo, où la sexualité éclate avec autant de couleurs et d’évocations surprenantes.

L’artiste aime le monde et c’est toujours avec intérêt qu’il s’adresse à ses visiteurs. À vous de découvrir ce Charlem qu’on connaît si bien… mais qui nous étonnera toujours.

Et il n’y a pas que l’artiste qui est libre, l’entrée aussi, les jeudi et vendredi, 16 et 17 mai, de 13 h à 21 h, puis le samedi 18 mai, de 10 h à 20 h, et finalement le dimanche suivant entre 10 h et 17 h. Peut-être serez-vous tenté par une acquisition, même deux ou trois.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top