- PUBLICITÉ -
Art public: l’Adrénaline des frères Sanchez

Les frères Carlos et Jason Sanchez proposent Adrénaline (détail)

Art public: l’Adrénaline des frères Sanchez

Le brillant commentateur sportif qu’il fut faisait à peine ombrage à l’esthète et Richard Garneau, dont le nom est immortalisé au stade d’athlétisme adjacent à la polyvalente Sainte-Thérèse, aurait sans doute bien aimé l’œuvre d’art qu’on y a inaugurée cette semaine.

On faisait remarquer à juste titre que l’intégration de l’art à l’architecture favorise plus souvent qu’autrement la sculpture, ce qui confère un élément d’exclusivité à cette photographie format géant (5 pieds par 10 pieds) qui fait désormais partie du paysage, au stade Richard-Garneau.

Œuvre des frères Carlos et Jason Sanchez, deux artistes de Mirabel, cette photographie, réalisée à l’aide d’un microscope à haute résolution, s’intitule Adrénaline et plonge dans le monde de l’infiniment petit pour nous révéler, au moyen d’une image vivement colorée, la cosmogonie de l’effort physique.

Le défi étant (pour ne pas dire la contrainte) de proposer une œuvre qui marierait harmonieusement les concepts de l’art et du sport, les frères Sanchez souhaitaient avant tout éviter les clichés ou les références trop évidentes. Leur réflexion les aura donc menés au constat suivant: la force musculaire accrue et la production d’énergie proviennent des éclats de l’adrénaline, une hormone qui agit comme un stimulant lorsque sécrétée par le stress ou, dans le cas qui nous préoccupe, par l’effort physique.

Mieux, une fois cristallisée, l’adrénaline peut être photographiée, ce qui nous donne ce joli bouquet qui fut un véritable coup de cœur pour le jury composé de Francine Pétrin, directrice du Service des arts et de la culture de Sainte-Thérèse, Robert Asselin, directeur-général adjoint, et Geneviève Matteau, représentante du ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ). À noter que la photo a été montée sur un panneau bénéficiant d’un système de rétro éclairage qui en bonifie l’allure le soir venu.

L’œuvre a été réalisée dans le cadre du Programme d’intégration de l’art à l’architecture du MCCQ, la fameuse politique du 1 % adoptée en 1981 pour soutenir la création, enrichir le cadre de vie de la population par la présence de l’art dans les lieux publics et accroître le patrimoine culturel du Québec.

Depuis son adoption, quelque 2 500 œuvres ont ainsi été réalisées, relevait le maire de Blainville, François Cantin, sa municipalité, au même titre que Sainte-Thérèse et la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, étant partenaire dans le projet du stade Richard-Garneau. «Les plus belles villes du monde sont celles qui ont réussi l’intégration de l’art public», a-t-il opiné.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les artistes et leur démarche, voyez leur site Web, au [www.thesanchezbrothers.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top