- PUBLICITÉ -
Ariane Moffatt la chanteuse

(Photo Jean-Pierre Laferrière)

Ariane Moffatt la chanteuse

Tous les sens

À son dernier passage sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx, Ariane Moffatt avait beaucoup misé sur l’aspect musical, en multipliant les boucles à l’intérieur desquelles ses musiciens se plaisaient visiblement à pousser de solides improvisations. Or, jeudi dernier, au même endroit, c’est la chanteuse et parolière qui se faisait remarquer.

Sans doute les compositions toujours saisissantes de cette musicienne dans l’âme avaient-elles fait ombrage à l’auteure, mais les textes s’avèrent très intéressants sur Tous les sens, le tout dernier disque de l’auteure, compositrice et interprète, qui lui valait le Juno du Meilleur disque francophone de l’année 2009.

Moins positivement, on pourrait aussi croire que c’est la diction molle de la chanteuse qui ne rend pas justice à ses propres écrits, puisque nous avons peiné à en comprendre le contenu, parfois même pour des chansons complètes.

Cela dit, Ariane Moffatt y allait d’une prestation un peu courte, mais qui a littéralement soulevé la foule du Théâtre Lionel-Groulx. Ce qu’il y avait d’étonnant à propos de ce public qui remplissait l’amphithéâtre du parterre jusqu’au balcon, c’est son âge. Beaucoup de têtes blanches et autant de cégépiens, et souvent maman avec sa fille, se sont dandinés sur les airs que l’on entonnait par cœur.

Des titres attendus ont tiré des soupirs aux fans de la chanteuse qui repartait ensuite vers son public français, là où elle avait été honorée du prix de la Fondation Diane et Lucien Barrière, avec une bourse substantielle qui a justement financé la parution du disque intitulé Tous les sens.

Ce nouvel opus affirme le talent de cette fille de qui l’on réclamera toujours les grands titres d’Aquanaute et Le Cœur dans la tête, décidément une compositrice très inspirée et qui inspire tout autant les valeureux musiciens qui l’accompagnent sur scène avec brio.

MeLL, le 14 novembre

Elle apparaîtra sur la petite scène de l’église Sacré-Cœur ce samedi 14 novembre, et il sera facile de convaincre les fans de la chanteuse et guitariste française de se rendre dans la petite salle de type cabaret, sise au coin de la rue Blainville et de la route 117, mais il sera tout aussi difficile d’expliquer aux autres les bonnes raisons de voir et entendre MeLL.

Difficile de vous proposer celle qui joue aussi du banjo et de la basse, parce que la jeune femme est plutôt inclassable et tout à fait impossible à définir. Quoique le prix d’entrée devrait vous inciter à vous présenter au 45, boulevard Labelle, à compter de 20 h, puisqu’il n’est que de 17,50 $ pour le grand public et 15 $ pour les étudiants.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top