- PUBLICITÉ -
A capella sous la pluie

(Photo Pierre Latour)

A capella sous la pluie

Musique

C’était le temps d’un nouveau rendez-vous en plein air pour les irréductibles du mardi soir. En effet, se produisait sous un ciel menaçant et sur une scène inondée, la Bande Magnétik, formée de Guy Demers, Jacinthe Gauthier, Lana Carbonneau, Claude Vallières et Victor Ménard.

Le quintette a capella, qui roule sa bosse depuis une vingtaine d’années ici comme en Europe, était de passage le 4 août dernier sur la Place du Village pour une soirée d’acrobaties vocales placées sous le signe de l’humour et de la créativité.

La pluie battante, le vent gémissant et le tonnerre grondant au loin n’ont pas effrayé la formation ni le petit, mais enthousiaste noyau de spectateurs massé au parterre, et c’est avec leur version toute personnelle de La Quête de Jacques Brel que la joyeuse bande entame le concert. Déjà l’on s’émerveille et l’on n’en croit pas ses oreilles. Passant du gospel au jazz, en passant par le rock and roll et le blues, sans oublier la musique du monde ou même l’opéra, la Bande Magnétik présente un paysage musical des plus variés. Ce qui est d’autant plus impressionnant, car c’est avec leurs seules voix que les membres du groupe donnent vie aux mélodies, recréant tous les instruments et les rythmes. Le groupe cherche à repousser les limites de la voix humaine, et leur performance reflète en ce sens un très grand travail, beaucoup de recherche pour trouver la sonorité exacte. Ils créent ainsi un ensemble où toutes les voix se complètent dans de riches harmonies, proposant des relectures particulières de pièces connues ou encore des chansons originales, toujours de façon ludique.

C’est ainsi qu’un spectateur chanceux s’est retrouvé à partager sur scène un véritable repas italien avec le groupe, le temps de Prosciutto e melone, véritable chanson-menu qui donne l’eau à la bouche! Ou encore, s’attendant à une chanson des Rolling Stones, le public a dû se contenter de la chanson thème des Pierrafeu. Absurde et pince-sans-rire, l’humour de la bande sert de liant entre des pièces qui n’en sont pas dénuées et portant des titres tels Tétaboutte, abordant une lutte à finir entre fumeurs et non-fumeurs, ou Pattern, dépeignant un véritable ras-le-bol du quotidien. On retiendra également les sonorités exotiques d’une Quessémamanladi, jouant avec les accents toniques et lui conférant des airs de comptine africaine ou créole, et le métissage de Stand by Me et d’Every Breath you Take, deux numéros des plus appréciés et déclenchant les cris et les bravos nourris d’un public trempé, mais tenace. Mais au terme d’un concert au rythme perturbé par les intempéries, Jacinthe Gauthier nous fait cadeau d’un moment de pure magie, alors qu’elle prend d’assaut l’avant-scène, le reste du groupe sobrement en retrait pour l’accompagner. Seule dans la lumière des projecteurs, elle nous offre Lascia ch’io pianga, dans un magnifique numéro d’opéra qui génère les applaudissements les plus chaleureux. La formation quitte ensuite la scène, toujours bien en rythme, sur les recommandations de Victor Ménard qui conseille à tout un chacun d’ouvrir son cœur à l’univers, et surtout, de ne conserver «que le nécessaire»… Principe qui semble bien réussir à la Bande Magnétik!

La semaine prochaine, c’est à un rendez-vous à saveur rétro que vous êtes conviés, alors que cinq chanteurs et chanteuses, de même que quatre musiciens envahiront la Place du Village avec le spectacle L’air du Rock’n Roll.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Daigle
- PUBLICITÉ -
Top