- PUBLICITÉ -
2e édition: succès pour le Festival de cinéma de Blainville

Un soir de première

2e édition: succès pour le Festival de cinéma de Blainville

Les Blainvillois ont profité en grand nombre de l’invitation qui leur était lancé d’assister à la deuxième édition du Festival de cinéma de Blainville qui se tenait les 8, 9 et 10 novembre dernier, au Centre communautaire, où ils ont pu visionner des productions à succès en plus d’y rencontrer de réputés artistes du 7e art.

Mélissa Meilleur, du Service des loisirs, a dénombré 600 entrées au cours des trois jours du festival. «On est très satisfaits des résultats et du contact du public avec les gens du milieu», affirme Mme Meilleur.

Pour ce festival encore tout petit, l’équipe du Service des loisirs de la Ville de Blainville avait misé sur sept productions destinées à un large public et tournées, du moins en partie, dans les Laurentides. Les cinéphiles ont ainsi pu voir ou redécouvrir : Noémie et le secret, Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde, À vos marques…party 1, À vos marques…party 2, Lance et compte–le film, Barney, la grande aventure, la grande aventure, et 15 février 1839.

Après avoir présenté en matinée Noémie et le secret, la salle de cinéma du Centre communautaire a accueilli sur ses bancs ses premiers spectateurs adultes vendredi, dès 19 h. Au programme : une dégustation de thé, la prestation du groupe régional Trio BBQ, mais surtout un personnage plus grand que nature, le Québécois Louis Cyr.

Ceux qui ne le connaissaient pas ont pu découvrir, sous les traits d’Antoine Bertrand, un homme qui, à force de détermination et de fierté, a su s’inscrire dans le livre des records Guiness sans jamais s’y faire dépasser. Le comédien Antoine Bertrand, qui l’incarne de façon magistrale, a d’ailleurs été au cœur de la discussion entre le réalisateur Daniel Roby et le public, après la projection.

De son propre aveu, le réalisateur Roby a affirmé que, sans cet «acteur extrêmement charismatique», il n’y aurait pas eu de film sur Louis Cyr. Si les réalisateurs choisissent souvent leur casting après des auditions, Daniel Roby, lui, avait approché plusieurs années auparavant le comédien pour l’intéresser au rôle. Les spectateurs ont aussi appris que Bertrand s’était entraîné durant un an et qu’il avait suivi une diète pour camper Louis Cyr avec justesse.

Samedi soir, c’est l’incomparable Marc Messier qui s’est pointé devant les spectateurs, bien curieux de voir en chair et en os ce comédien caméléon qui a marqué le grand comme le petit écran québécois. Il était accompagné des comédiens Jason Roy-Léveillée et Louis-Philippe Dandenault, ainsi que du concepteur musical Mario Sévigny, la productrice Caroline Héroux et du réalisateur Frédérik D’Amours. Le sujet d’intérêt ? Lance et compte–le film évidemment, sorti en 2011, que plusieurs ont pris plaisir à revoir.

Les organisateurs avaient fait une large place aux artisans, comme les réalisateurs, et aussi à d’autres plus en retrait, mais néanmoins influents. C’est le cas de Manon Leriche, la conjointe du défunt Pierre Falardeau, documentariste qui a contribué au film 15 février 1839, œuvre témoignant d’une page importante de l’histoire des Patriotes et majeure dans la filmographie du cinéaste polémiste. Celle-ci a d’ailleurs longuement parlé de son mémorable conjoint.

Il y a fort à parier que ce festival reviendra en 2014.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top